La maltraitance systémique gouvernementale envers les aînés

La maltraitance systémique gouvernementale envers les aînés

dim, 12/10/2017 – 10:00
Posté dans :
2 commentaires

Des aînés démissionnent et certains demandent l’aide médicale à mourir ou songent au suicide.

Photo : sabinevanerp, CC0

Des milliers de gens abusent et profitent du système à nos dépens. Pendant que d’autres, aînés, ex-militaires, personnes seules et vivant avec un handicap ne reçoivent pas l’aide requise. Ils ont pourtant payé des taxes et impôts toute leur vie. La manière dont le Canada et le Québec traitent leurs aînés en dit long sur leurs fausses valeurs. Nos politiciens trouvent toujours tous les argents nécessaires pour aider les entreprises à l’éthique douteuse exemptes d’impôts et plaçant leurs revenus dans des paradis fiscaux.

Malgré de nombreuses justifications faites à la RAMQ par des médecins traitants, des patients se sont vu couper le remboursement de prescriptions pourtant remboursées jusqu’à cette année par la RAMQ. Des centres d’hébergement pour femmes dans le besoin et des centres d’aide aux suicidaires ont été fermés ou leurs budgets réduits considérablement. C’est le Québec qui traite le plus mal de tout le Canada ses personnes seules, dont les aînés.

C’est aussi cela la maltraitance envers les aînés

On coupe des services, des programmes, des médicaments, des avantages à nos plus démunis qui ont oeuvré fort pour se les donner. Et on redistribue ces sommes aux immigrants, leur offrant gratuitement et sur-le-champ logement, nourriture, soins (ex. : dentaires) et médicaments qu’on ne nous paie pas. Même les faux réfugiés et les migrants illégaux, les « invités de Trudeau et de Couillard » en bénéficient.

On se met à tarifer plusieurs services qui ne l’étaient pas auparavant. On augmente les tarifs d’autres. Les coûts des médicaments et des logements poussent certains aînés à ne pas renouveler leurs prescriptions, à ne plus prendre leurs médications. Ils quittent leur logement et vivent dans la rue ou en chambre sans domicile fixe. Et parfois c’est le suicide. Quelle triste façon de remercier ceux qui ont bâti ce pays pour nous ! Quelle sorte de pays avons-nous pour favoriser ceux qui n’y ont aucun droit au détriment de ceux qui y auraient droit ?

Un seul bain par semaine en résidence. De l’aide au maintien à domicile des aînés non accessible faute de budget. Des services non rendus par les CLSC faute de personnel. Des délais inacceptables pour obtenir des équipements de gestion de l’environnement pour malentendants (ex. : un mois pour recevoir un rapport d’audiologie transmis par télécopie au point de service approprié) depuis la centralisation désorganisée des demandes et requêtes aux CIUSSS.

Ce ne sont que quelques exemples de ces injustices flagrantes systémiques causées par nos politiciens. Ils préfèrent bien paraître à l’international plutôt que de bien remplir les rôles que les électeurs leur ont donnés, soit s’occuper d’eux.

Tout sur les épaules des proches aidants

Récemment, j’ai eu connaissance de ce qu’une nonagénaire sortant d’une hospitalisation a vécu. Quatre jours dans l’incertitude que personne ne voudrait s’occuper d’elle, aucun endroit ne pouvant l’accueillir pour une courte convalescence avant de pouvoir retourner chez elle. C’est cela aussi de la maltraitance envers des aînés !

Les gouvernements transfèrent tout ce qu’ils veulent sur les épaules des proches aidants bénévoles. Ce sont bien souvent eux aussi des aînés et qui font déjà plus qu’ils le peuvent à moyen terme. La qualité de vie des aidés et des aidants en prend pour son rhume. C’est encore aussi cela la maltraitance envers les aînés.

Commentaires

Nos aînés ne reçoivent ne reçoivent pas de leurs gouvernements la reconnaissance d'avoir fait du Canada ce qu'il est. Ils ont participé à la croissance de la population à partir de l'après guerre. Ils ont donné au Canada des familles nombreuses, des combattants des médecins ,des hommes de tous les corps de métiers, des avocats, des religieux, des enseignants etc. mais depuis une bonne décennie, nos élus les ont rangés aux oubliettes dans des CHSLD, les ont privés de personnel et de soins tant psychologique que physique mais quand vient le temps de les portes au Pouvoir...là ils se souviennent d'eux. Cependant, avec le temps, nos aînées aussi les ont oublié car plusieurs ont décroché de ce monde sans compassion qui ne pense qu'à son bien-être et non celui de ses citoyens.

Une prochaine chronique traitera d'un sujet complémentaire, le transport adapté pour raison médicale. Vous verrez qu'il s'agit d'un autre défi pour nos aînés ou nos personnes ayant un handicap ou sans moyens financiers pour se déplacer. Adapté pour qui? Qui doit s'adapter?

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.