Le stade olympique n'est pas ouvert à nos itinérants

Le stade olympique n'est pas ouvert à nos itinérants

jeu, 28/12/2017 – 18:31
Posté dans :
1 commentaire

La solidarité qu'ont montrée nos politiciens envers les migrants illégaux ne semble pas s'étendre à nos itinérants.

Photo : Tolivero, Wikimedia, CC BY-SA 3.0

Un grand froid sévit sur le Québec. Définitivement, l'hiver s'est installé et les refuges font de leur mieux pour aider les itinérants à ne pas crever de froid – et les choses ne sont pas faciles. Au réseau TVA, la directrice des services du campus Saint-Laurent de la Mission Old Brewery, Émilie Fortier, expliquait que toutes les places couchées étaient prises à Montréal. Néanmoins, les membres du personnel font des pieds et des mains pour s'assurer que tout le monde puisse avoir une nuit de répit au chaud.

Heureusement que ces braves gens sont là. D'ailleurs, avez-vous vu nos ministres et nos députés se précipiter devant les caméras pour apporter leur soutien à nos plus démunis et à leurs anges protecteurs ? Pourtant, lors de l'apogée de la crise des migrants illégaux, ils s'entassaient devant les projecteurs afin d'annoncer des mesures toujours plus généreuses. On a même réquisitionné le stade olympique, des hôtels et des résidences pour personnes âgées en plus de leur offrir des chèques d'aide sociale.

« Regardez comment nous sommes ouverts, tolérants et généreux », paraissaient-ils s'exprimer en choeur. Oh ! nos ministres et députés ne s'adressaient pas ainsi à leurs concitoyens, mais plutôt à cette fameuse communauté internationale à laquelle ils veulent tant plaire. Quant aux contribuables québécois à qui ils ont refilé la facture, ils ont bien pris soin de les traiter de racistes et de xénophobes avant de leur vider les poches. Au diable leurs craintes pour leur sécurité ou pour la pérennité du système social !

Comprenez-moi bien : il serait faux de prétendre que nos politiciens n'aident pas nos itinérants, car ils le font notamment par le biais de diverses subventions. Cependant, lorsque vient le temps de soigner leur image, ils montrent toujours plus d'empressement pour « les autres » que pour « les nôtres ». Pourquoi ? Nos politiciens étant élus non pas par la communauté internationale, mais par nous, les Québécois, n'est-il pas légitime de leur demander leur loyauté ?

Quel virus avons-nous attrapé pour qu'on n'ose plus affirmer notre simple droit à l'existence ? Pendant ce temps, la plupart des autres peuples – les Chinois, les Russes, les Indiens, les Japonais, les Saoudiens, etc. – n'hésitent pas à faire passer leurs intérêts nationaux avant les nôtres. Si nos propres politiciens refusent de prendre en compte nos besoins, alors qui le fera ?

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires