Montréal est un cheval de Troie pour les lobbies mondialistes

Montréal est un cheval de Troie pour les lobbies mondialistes

mer, 25/07/2018 – 13:15
Posté dans :
5 commentaires

L'administration Plante se prépare à une commission sur le racisme systémique à la place du gouvernement Couillard.

Voici la ou les sources de cet article : Le Huffington Post Québec, Radio-Canada, Journal de Montréal et La PresseVoici la source de la photo : unclelkt, CC0

Fort curieusement, Montréal semble être devenu le cheval de Troie par excellence de tous les mondialistes qui ambitionnent de dissoudre notre société.

Rappelons à nos lecteurs que Montréal est devenue une « ville sanctuaire » pour les migrants au cours de l'hiver 2017 et que plusieurs groupes de pression, incluant Solidarité sans frontières, en ont profité pour requérir que la municipalité garantisse que son service de police ne dénonce pas les sans-papiers aux services d'immigration.

Une cité-État coupée du Québec

De fil en aiguille, la nouvelle administration de Valérie Plante semble avoir emboîté le pas à cette forme de « partition » de Montréal, dans un contexte où la métropole du Québec est en passe de devenir une véritable cité-État.

Ainsi, l'administration municipale refuse de se conformer aux exigences de la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec. Les citoyens ont été en mesure de constater l'arrogance de l'administration Plante alors que le fleurdelisé était absent lors d'une visite protocolaire effectuée par Justin Trudeau, le 19 décembre dernier, à l'Hôtel de Ville.

Exécuter les basses œuvres de l'oligarchie

Prenant les devants, dans un contexte où Justin Trudeau a passé la patate chaude du racisme systémique à l'équipe Couillard, la mairesse de Montréal semble préparer le terrain pour que se tienne, enfin, cette fameuse commission sur un « racisme systémique » censé gangrener la société québécoise au grand complet.

Comme il fallait s'y attendre, c'est un groupe de citoyens qui se charge de préparer le terrain afin que ce véritable tribunal de l'Inquisition puisse se tenir l'automne prochain. De fait, Balarama Holness, un ancien candidat de Projet Montréal, s'est lancé dans la bataille pour la tenue de cette future « Commission Plante » en utilisant la réglementation municipale concernant les consultations publiques.

La Commission Plante

Ayant presque réussi à obtenir les 15 000 signatures requises, le principal intéressé souhaite que cette consultation publique aborde la place des minorités visibles au sein de la classe politique et de la fonction publique municipale. Il souhaiterait, même, que le comité exécutif actuel soit « le dernier comité exécutif homogène ».

Et, espérant faire d'une pierre deux coups, M. Holness et son collectif d'activistes réclament des mesures qui feraient en sorte que la municipalité de Montréal oblige ses fournisseurs de biens et services à engager des personnes issues de « la diversité ». Il s'agit, bel et bien, d'un effort concerté afin de hausser les quotas de citoyens issus de l'immigration appelés à faire partie de l'administration publique.

Officialiser toute cette comédie

Il est minuit moins cinq, puisqu'ayant lancé leur pétition à la fin du mois d'avril dernier, le groupe de citoyens dispose de 90 jours pour atteindre l'objectif des signatures requises. Ainsi donc, si cet objectif est atteint avant la fin de juillet, la Ville de Montréal sera obligée de mandater l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) pour mettre en œuvre ce tribunal inquisitorial.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent