La SAQ achète un gin à 8,17 $, qu'elle revend ensuite à 35 $

La SAQ achète un gin à 8,17 $, qu'elle revend ensuite à 35 $

mar, 12/06/2018 – 10:45
Posté dans :
2 commentaires

Pour le chef du Parti conservateur du Québec, c'est la preuve que le marché de l'alcool doit s'ouvrir à la concurrence.

Voici la ou les sources de cet article : Radio X, PCQ et SAQVoici la source de la photo : Beltz, Wikimedia, Domaine public

Vendredi dernier, les animateurs de l'émission Midi Pile de la station KYK 95,7 Radio X ont dénoncé les prix élevés des produits vendus à la Société des alcools du Québec (SAQ). Pour ce faire, ils ont parlé du cas d'une distillerie entièrement québécoise, Mariana, qui vend son gin Canopée à la SAQ au prix de 8,17 $. Or, la SAQ le revend aux consommateurs pour la somme de 35 $.

Les profits engrangés par la SAQ ont d'autant plus offensé l'un des animateurs, pour qui Mariana, en tant que compagnie québécoise, devrait recevoir un coup de pouce face à ses concurrents étrangers. Pour stimuler la discussion, ils ont invité le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Adrien Pouliot, à s'exprimer sur le sujet.

Aux yeux de M. Pouliot, il ne fait aucun doute que les Québécois se font « rouler dans la farine », et ce, non seulement à titre de contribuables, mais aussi à titre de consommateurs d'alcool. Il estime que cette situation durera aussi longtemps que la SAQ détiendra un monopole. C'est pourquoi il suggère d'ouvrir le marché de l'alcool à la concurrence, en accord avec l'engagement de son parti politique : les prix baisseront et l'offre sera meilleure.

M. Pouliot en a profité pour réfuter l'argument selon lequel une baisse du prix de l'alcool entraînera une hausse de l'alcoolisme. « Si c'était le cas, là, la première chose que la SAQ pourrait peut-être faire, c'est d'arrêter de faire de la publicité pour vendre de l'alcool. […] Les points prime qu'ils ont pour nous encourager à acheter, les ventes qu'ils ont à 15 % la fin de semaine, tout ça, c'est pour vendre de l'alcool », a-t-il lâché.

Commentaires

Voleur un jour, voleur toujours. Parfois c'est de la fraude aussi qu'on se fait passer par nos élus corrompus

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.