Le Canada s'ingère dans les affaires intérieures de la Hongrie

Le Canada s'ingère dans les affaires intérieures de la Hongrie

mer, 05/12/2018 – 12:00
Posté dans :
3 commentaires

Fidèle à ses habitudes, la ministre des Affaires étrangères du Canada sermonne un petit pays qui ose mettre Soros à sa place.

Voici la ou les sources de cet article : Gouvernement du Canada, CBC News , The Globalist, American Thinker, Globe and MailVigile et Le TempsVoici la source de la photo : Gouvernement ukrainien, CC BY 4.0

La Hongrie de Viktor Orbán est à couteaux tirés avec George Soros et a pris la décision de fermer l'Université d'Europe centrale (UEC) qu'il avait fondée à Budapest. Le gouvernement Trudeau, qui a l'habitude de rencontrer M. Soros lors des Forums économiques de Davos, ne voit pas d'un très bon œil cette décision.

Le Canada s'ingère dans les affaires internes de la Hongrie

Ainsi, le Canada a choisi d'utiliser la voie diplomatique, alors que la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, vient de déclarer que « l'annonce d'aujourd'hui selon laquelle l'Université d'Europe centrale (UEC) sera contrainte de déménager après le refus de la Hongrie de lui permettre de poursuivre ses activités à Budapest est une perte considérable ». Poussant sa réaction d'un cran, la ministre Freeland déclare que « ce déménagement forcé porte atteinte à la liberté universitaire, qui est un droit fondamental ».

Une approche globaliste

Cette prise de position des autorités canadiennes s'explique quand on prend connaissance du fait que Michael Ignatieff, un imminent stratège du Parti libéral du Canada, était le recteur de la Central European University et que cette institution gérait des programmes d'enseignements homologués par les autorités américaines. M. Ignatieff, se confiant à la CBC, a mis en lumière les conséquences politiques de la décision hongroise : « Notre université a été, littéralement, mise à la porte. C'est du jamais vu. Une institution américaine a été foutue dehors d'un pays qui est un allié de l'OTAN ».

Il serait utile de rappeler qu'outre son implication au sein de cette université créée avec l'argent de George Soros, Michael Ignatieff a été le directeur du Centre Carr des Politiques des Droits de la Personne de l'Université Harvard. De plus, M. Ignatieff a été actif au sein de la Commission Internationale sur les Interventions et la Souveraineté des États. Il est de notoriété publique que George Soros, par le biais de ses fondations, est intervenu à plusieurs reprises afin de provoquer des révolutions de couleur ou des changements de régime en utilisant le concept du « droit d'intervention ».

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

Soumis par Myriam (non vérifié) le jeu, 06/12/2018 – 16:07 Permalien

Ils ont fomenté ensemble la crise migratoire et sont très certainement à l'origine du Pacte de l'ONU. je serais curieuse de connaître les investissements spéculatifs que Trudeau partage avec Soros... Depuis que l'arabie saoudite et autres pays totalitaires de merde ont été accepté à la table de l'ONU j'ai bien peur que le pseudo féministe à Trudeau ne soit que poudre aux yeux. Y a ben trop d'argent à faire avec ça. La Hongrie fait bien de le foutre dehors. .. Ca n'arrivera jamais au Canada!

Soumis par diane lamoureux (non vérifié) le mer, 05/12/2018 – 17:38 Permalien

l onu n est plus recommendable des bandits des dictateurs et trudeau un traite

Soumis par Jocelyne Nadeau (non vérifié) le jeu, 06/12/2018 – 09:10 Permalien En réponse à par diane lamoureux (non vérifié)

Il est vrai que l,onu n,est plus fiable dans son jugement, les dernieres recommandations faites nous ont demontrees, que l,on ne peut plus etre d,accord avec eux

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.