Valérie Plante embrasse le Pacte de l'ONU sur les réfugiés

Valérie Plante embrasse le Pacte de l'ONU sur les réfugiés

jeu, 06/12/2018 – 09:35
Posté dans :
5 commentaires

Montréal renonce à son statut de ville sanctuaire, mais la mairesse a un projet en tête avec le clan Soros. Exclusivité.

Voici la ou les sources de cet article : La PresseGlobe Newswire et Mayors Migration CouncilVoici la source de la photo : Montage (André Querry, Wikimedia, CC BY-SA 2.0 + Niccolò Caranti, WikimediaCC BY-SA 3.0)

C'était conférence de presse, mardi à Montréal, où la mairesse Valérie Plante a dévoilé son plan d'action sur l'immigration et l'intégration des nouveaux arrivants. Premier coup d'oeil : Montréal abandonne son statut de ville sanctuaire, le conseil de ville voulant éviter de semer la confusion chez les « irréguliers », comme on les appelle.

Or, pendant que la mairesse discutaillait avec les journalistes, un communiqué nous parvenait de Marrakech, directement de la plume de l'Open Society Foundations (OSF), l'organisation phare de l'empire de George Soros. Il nous annonçait que des maires de plusieurs grandes villes du monde allaient se rencontrer à Marrakech, le 8 décembre, pour le lancement officiel du Mayors Migration Council. Marrakech, là où, deux jours plus tard, s'amorcera la conférence intergouvernementale sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières de l'ONU.

Parmi les villes qui participeront au lancement du Mayors Migration Council figure nulle autre que Montréal. La mairesse elle-même a été citée dans le communiqué de l'Open Society Foundations. « Les villes sont des éléments clés dans l'élaboration et la mise en œuvre de programmes de migration innovants », a-t-elle déclaré. « Elles sont des leaders dans le processus de migration et savent ce qui fonctionne et ce qui est nécessaire sur le terrain. C'est pourquoi les maires du monde entier se sont réunis afin d'influencer les résultats du Pacte mondial pour les migrations ».

On l'aura compris, Mme Plante veut que Montréal exerce une certaine forme de leadership sur la scène internationale dans la promotion du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. La mairesse est d'ailleurs l'une des grosses pointures du Mayors Migration Council puisque son nom apparaît avec celui de sept autres maires sur la page d'accueil du site Internet du conseil. On peut comprendre maintenant pourquoi elle s'est dite inquiète face à la décision du gouvernement caquiste de réduire le seuil d'immigration de 50 000 à 40 000 par année.

On ne sait à quel point l'OSF est impliqué dans ce projet, mais on peut deviner que l'organisation de George Soros y a mis le paquet sur le plan financier. Un dossier à suivre.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?