Justin Trudeau traite ses concitoyens de racistes

Justin Trudeau traite ses concitoyens de racistes

mar, 02/13/2018 – 08:32
Posté dans :
4 commentaires

Pour M. Trudeau, ce racisme peut passer par des « préjugés inconscients » auxquels les Canadiens ne peuvent échapper.

Sources : La Presse et Global News / Photo : Radio Television Malacañang, Domaine public (Image rognée)

Dans un bref discours à Gatineau pour souligner le Mois de l'histoire des Noirs, lundi soir, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que les Canadiens devaient reconnaître que « le racisme et les préjugés inconscients » existent au pays. Il a ajouté qu'il était temps de prendre des mesures pour assurer l'« égalité des chances » pour les Noirs, entre autres en les faisant élire davantage au Parlement.

M. Trudeau a multiplié les reproches ces derniers temps à l'endroit des Canadiens. Par exemple, il avait été prompt à condamner l'intolérance et l'« islamophobie » dans une fausse histoire où une jeune musulmane voilée avait dit être victime d'une attaque. Puis dans son discours qu'il avait prononcé lors de la journée de commémoration des attentats de Québec, M. Trudeau avait qualifié de « nonos » ceux « qui se promènent avec une patte de chien sur le t-shirt », en référence au groupe identitaire La Meute.

Le groupe avait vite riposté sur sa page Facebook : « Un nono, c'est quelqu'un qui pense que ceux qui critiquent une idéologie sont des racistes et des xénophobes alors que la critique des idées est un droit fondamental dans une société démocratique », avait-il écrit.

Commentaires

C'est très bien, qu'il continue d'accumuler les erreurs jusqu'en 2019, ainsi il montre son vrai visage d'adolescent gauchiste n'aimant que lui-même et pas son pays

Petit PET le Caméléon n'en manque pas une pour diminuer les canadiens et plus particulièrement les québécois. Cet individu tout droit sorti du Tartuffe de Molière devrait être démis de ses fonctions pour traitrise à maints égards et il devrait se considérer chanceux que la peine de mort ait été abolie au Canada. Il faut se rappeler que les traitres étaient fusillés autrefois. Le "grand" PET avait peut être eu une prémonition à l'époque et avait vu son fils en grave danger une quarantaine d'années plus tard...

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.