Des musulmans contre le port de signes religieux dans la police

Des musulmans contre le port de signes religieux dans la police

lun, 16/04/2018 – 09:30
Posté dans :
4 commentaires

Les institutions ne doivent pas représenter les citoyens en tant que membres de communautés religieuses, selon eux.

Sources de l'article : 98,5 FM et Le DevoirSource de la photo : Chicoutimi, WikimediaCC BY-SA 1.0

Dans une lettre publiée dans Le Devoir et adressée à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, l'Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité (AQNAL) affirme que le « voile est une barrière imposée aux femmes pour restreindre leur champ de liberté ».

Le message de l'AQNAL et clair et limpide : « [l]es institutions doivent être représentatives des citoyens et citoyennes en tant qu'individus, et non en tant que membres de communautés religieuses ». Cela est d'autant plus vrai que la société québécoise se déclare laïque, soulignent les signataires de la lettre.

Ils ajoutent que le voile, dans de nombreuses sociétés musulmanes, est un symbole de violence. Ils prennent pour exemple l'Iran, où les femmes sont jetées en prison si elles refusent de porter le niqab. Ils posent alors une question simple à la mairesse : « Avez-vous pensé à elles ? »

Le voile est aussi « une barrière efficace imposée aux femmes pour restreindre leur champ de liberté et contrôler leur sexualité ». On peut de même penser qu'il est à l'occasion impliqué dans des crimes d'honneur, comme le cas de cet homme « de Gatineau accusé au criminel parce qu'il battait sa fille qui refusait de porter le hidjab ».

Les signataires demandent aux politiciens de protéger les citoyens « de toute pression communautariste indue ou de harcèlement psychologique ». Ils évoquent par ailleurs un sondage Léger de 2013 qui « montrait que 78 % des personnes sondées étaient pour une interdiction des signes religieux chez les policiers ».

En entrevue à l'émission de Paul Arcand à la station radiophonique 98,5 FM, Nadia el-Mabrouk, de l'AQNAL, a précisé que dans le Coran, « il n'y a rien qui dit qu'il faut cacher ses cheveux ». Elle a aussi rappelé que même en Algérie les policières et les douanières n'ont pas le droit de porter le voile.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

Vous avez des études à nous référer sur l "implantation de l'islam au Canada ".en tenant compte des facteurs démographiques, des taux de naissance musulmans vs non musulmans , du % d'immigrants , du % de gens qui pratiquent la religion, du phénomène de rétention?

Alors, ces musulmanes voilées qui sont au Québec, sont des opprimées dans leur communauté et dans leurs familles. Alors, pourquoi venir au Québec tandis que tout ce monde savait que la province était laïque? Pour que le gouvernement règle leur problème ou par simple provocation face à notre société?...ou encore implanter l'Islam partout au Canada?

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.