Les Tim Hortons de l'Ontario sous les feux de la rampe

Les Tim Hortons de l'Ontario sous les feux de la rampe

ven, 01/05/2018 – 10:00
Posté dans :
0 commentaire

Depuis le 1er janvier, le salaire minimum en Ontario est passé à 14 $/h, ce qui cause des soucis aux gens d'affaires.

Sources : Global News, Facebook, Radio-Canada et L'ActualitéPhoto : Joseph Morris, Flickr, CC BY-ND 2.0

La nouvelle année s'est amorcée sur une note conflictuelle pour la première ministre ontarienne Kathleen Wynne, alors que le nouveau plancher pour le salaire minimum a atteint les 14 dollars l'heure le 1er janvier. La cible de Mme Wynne est la chaîne Tim Hortons.

C'est que la première dame de l'Ontario a fustigé les héritiers du cofondateur de Tim Hortons, les accusant d'avoir intimidé les employés ontariens de l'entreprise en réduisant leurs avantages sociaux en réponse à l'augmentation du salaire minimum de la province.

Ron Joyce Jr et sa femme avaient en effet laissé savoir aux employés de deux cafés de Cobourg qu'ils allaient dorénavant devoir payer une partie du régime d'assurances dentaire et d'autres prestations de santé. Par ailleurs, des employés de certaines franchises de Tim Hortons s'étaient fait dire que leurs pauses-café ne seraient plus payées et qu'ils ne pourraient plus, entre autres, bénéficier d'un congé payé leur jour de leur anniversaire.

Il faut dire que le gouvernement libéral de l'Ontario a dû essuyer les critiques du milieu des affaires lorsqu'il a annoncé son intention d'augmenter le salaire minimum. Dan Kelly, président de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI), a soutenu que les libéraux avaient été avertis à plusieurs reprises que cette mesure nuirait aux travailleurs : « Les propriétaires d'entreprises avaient demandé une évaluation complète de l'impact de la modification du salaire minimum pour déterminer quels en seraient les effets, [mais] le gouvernement a refusé de permettre que cela se produise », a-t-il déclaré, déplorant que la décision du gouvernement fût purement politique.

La Banque du Canada, il y a quelque temps, avait prévenu que la hausse du salaire minimum pourrait faire perdre jusqu'à 60 000 emplois un peu partout au pays d'ici 2019. « Les hausses du salaire minimum pourraient avoir des effets à long terme du fait de l’automatisation, des gains de productivité ou de l’évolution du taux d’activité, mais ces effets peuvent être aussi bien positifs que négatifs », écrivait-elle dans une note analytique.

Le salaire minimum est prévu de passer à 15 dollars l'heure en 2019 dans la province ontarienne.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.