Le Québec donne beaucoup de subventions aux entreprises

Le Québec donne beaucoup de subventions aux entreprises

sam, 20/01/2018 – 12:30
Posté dans :
0 commentaire

Pourtant, selon une étude, ces subventions financées par les contribuables nuisent au Québec.

Source : IEDMPhoto : KMR Photography, FlickrCC BY 2.0

Le Québec est moins riche que les autres provinces, mais il trouve le moyen de subventionner davantage que ses voisines. Selon une étude de l'Institut économique de Montréal (IEDM), le Québec à lui seul représente 19 % du produit intérieur brut (PIB) total des provinces canadiennes, mais 29 % de toutes les subventions qu'elles accordent.

« Ce recours disproportionné aux subventions ne se traduit pas par un niveau de richesse plus élevé, sinon le Québec serait la province la plus riche du Canada. Or, c’est loin d’être le cas », a déclaré Alexandre Moreau, analyste en politiques publiques à l’IEDM.

Concernant la richesse de la province, M. Moreau fait allusion au PIB, car le Québec traîne loin derrière les autres provinces à cet égard. En 2016, le PIB par habitant au Québec était de 47 443 $. En comparaison, celui de l'Alberta s'établissait à 74 343 $ et celui des provinces canadiennes, en excluant le Québec, à 58 585 $.

Selon l'IEDM, malgré cette faible performance économique, l'État québécois verse 41 cents en subventions de toutes sortes pour chaque dollar qu'il perçoit des entreprises. Pour 2016-2017, le gouvernement du Québec a octroyé 3,1 milliards $ de subventions aux entreprises, pour des recettes de 7,5 milliards provenant de l’impôt sur le revenu et le gain en capital des entreprises.

L'IEDM admet toutefois que le montant des subventions est probablement plus élevé que 3,1 milliards : « Pour évaluer le coût de certains types de subventions découlant des garanties de prêts et des placements de portefeuille, il faut tenir compte de la prise de risque, puisque c’est le gouvernement [...] qui est responsable au bout du compte si l’entreprise n’est pas en mesure de rembourser un prêt ou si la valeur de ses actions baisse », a expliqué Alexandre Moreau.

Ces politiques de subventions peuvent avoir des effets pervers pour l'économie, selon l'IEDM, car « le gouvernement se trouve à confisquer l’argent des entreprises les plus performantes pour en faire profiter d’autres qui n’ont pas réussi à convaincre des investisseurs privés qu’elles sont rentables. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.