L'investissement au pays en chute libre

L'investissement au pays en chute libre

mer, 04/11/2018 – 12:00
Posté dans :
1 commentaire

Le climat de confiance chez les investisseurs s'est effrité depuis que les libéraux de Justin Trudeau sont au pouvoir.

Sources de l'article : Institut Fraser, Financial Post #1 et #2Source de la photo : stevepb, CC0

La confiance des investisseurs s'est considérablement effritée au Canada depuis que les libéraux de Justin Trudeau sont au pouvoir, selon l'Institut Fraser qui en a fait le constat dans une note d'analyse.

Il suffit de quelques chiffres pour nous en convaincre. Les investissements directs provenant de l'étranger ont subi une baisse dramatique, passant de 71,5 milliards de dollars en 2013 à 31,5 milliards de dollars en 2017. Depuis 2014, l'investissement total des entreprises, en excluant le secteur résidentiel, a diminué de près de 17 %. Les investissements du secteur privé dans les usines et autres structures ont chuté de 23,3 %, alors que ceux dans la propriété intellectuelle ont subi une baisse de 13,3 %.

De récentes décisions d'affaires, particulièrement dans le domaine énergétique, ont mis en lumière le recul de l'investissement au Canada. Suncor, une compagnie canadienne, a décidé de mettre un frein à ses investissements au pays en raison de la lourdeur réglementaire et des taux d'imposition non compétitifs. L'an dernier, Petronas a abandonné son projet Pacific NorthWest LNG, d'une valeur de 36 milliards. La compagnie a évoqué l'opposition des environnementalistes et la réglementation trop sévère d'Ottawa.

En octobre, c'était au tour de TransCanada de renoncer à son projet d'oléoduc de 15,7 milliards. Dernièrement, Kinder Morgan a annoncé qu'elle allait suspendre tout investissement « non essentiel » dans son projet d'oléoduc dans l'Ouest canadien, encore une fois en raison de l'opposition à laquelle fait face la compagnie.

Pour l'Institut Fraser, la taxe sur le carbone instituée par le fédéral, les déficits budgétaires et le poids du fardeau réglementaire n'aident certainement pas la cause des investisseurs. Mais surtout, « la rhétorique anti-commerciale prononcée par bon nombre de nos dirigeants politiques a nui considérablement au climat des affaires et de l'investissement du pays », selon le groupe de réflexion.

Commentaires

Rien de surprenant avec Couillard qui nous vend à l'étranger p'tit à p'tit et Trudeau qui éparpille nos fonds à l'étranger. Deux belles paires de c........

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.