Justin Trudeau a abandonné les Canadiens, selon les conservateurs

Justin Trudeau a abandonné les Canadiens, selon les conservateurs

lun, 16/04/2018 – 12:10
Posté dans :
2 commentaires

Ils blâment le PLC d'avoir endetté le pays et contribué à la crise de confiance que traverse le secteur de l'investissement.

Sources de l'article : Facebook #1 et #2Source de la photo : stevepb, CC0

« Justin Trudeau a abandonné les Canadiens », selon le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, qui a critiqué sévèrement les politiques économiques du gouvernement libéral dans une vidéo diffusée sur Facebook. M. Scheer déplore qu'en trois ans, le gouvernement ait « ajouté 60 milliards à la dette nationale » sans injecter autant de fonds dans les infrastructures que ce qu'il avait promis.

Dans une autre vidéo des conservateurs, des clips du ministre des Finances, Bill Morneau, alternent avec des titres d'articles de journaux financiers. Alors que M. Morneau enchaîne les messages positifs sur l'investissement au Canada, les titres des journaux le contredisent : « Les investisseurs particulièrement négatifs au sujet du Canada », peut-on voir dans le Business News Network. « [L]e secteur de l'énergie craint un exode des investisseurs », peut-on également lire dans le Financial Post.

Une analyse récente de l'Institut Fraser donne raison aux conservateurs. La confiance des investisseurs, selon cette analyse, s'est considérablement effritée au Canada depuis que les libéraux de Justin Trudeau sont au pouvoir. Les investissements directs provenant de l'étranger ont subi une baisse dramatique, passant de 71,5 milliards de dollars en 2013 à 31,5 milliards en 2017.

Depuis 2014, l'investissement total des entreprises, en excluant le secteur résidentiel, a diminué de près de 17 %. De même, les investissements du secteur privé dans les usines et autres structures ont chuté de 23,3 %, alors que ceux effectués dans le domaine de la propriété intellectuelle ont subi une baisse de 13,3 %.

Commentaires

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.