Les Québécois ne veulent pas vraiment de baisses d'impôt

Les Québécois ne veulent pas vraiment de baisses d'impôt

sam, 05/05/2018 – 17:15
Posté dans :
1 commentaire

On ne peut pas vouloir moins d'impôt tout en gardant les services publics actuels, selon un auteur et conseiller financier.

Source de l'article : Radio X (à partir de 05:00) / Source de la photo : CC0

Les Québécois ne veulent pas vraiment de baisses d'impôts, même s'ils affirment le contraire. C'est ce qu'a affirmé l'auteur et conseiller financier Ian Sénéchal dans une entrevue qu'il a accordée à Radio X.

Car pour M. Sénéchal, les Québécois, s'ils disent vouloir moins d'impôt, souhaitent néanmoins que le gouvernement maintienne les services publics actuels, ce qui constitue une incohérence, selon lui.

« On n'est pas prêt à couper dans aucun chèque que le gouvernement nous envoie », a-t-il soutenu. À ses yeux, une des solutions pour avoir moins d'impôt est de donner plus de place au système privé. Par exemple, 50 % du budget du gouvernement est consacré à la santé. Alors, dit-il, si les Québécois veulent moins d'impôt, ils devront faire plus confiance au privé.

« Si vous voulez vraiment en avoir plus dans vos poches, faites confiance à l'entreprise, faites confiance à l'entrepreneuriat [...] », a-t-il précisé à ce sujet.

Pour lui, les libéraux provinciaux sont des « maîtres équilibristes », à savoir qu'ils réussissent toujours à équilibrer le budget et à montrer que les finances publiques sont en bonne santé. La conséquence en est que les Québécois sont disposés à les croire.

« La dégradation de nos services publics se fait tellement de manière graduelle qu'on la tolère plus facilement », a-t-il dit. Le même constat s'applique à l'égard de la fiscalité. « [...] notre taux de taxation a tellement augmenté de manière graduelle qu'on le tolère plus facilement aujourd'hui », a-t-il ajouté.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

...veulent payer des taxes et des impôts à conditions d'avoir des services en échange, des programmes sociaux solides. Les impôts et les taxes payés par les citoyens ordinaires ne doivent pas servir à financer l'état providence des riches, du crime organisé, de l'évasion fiscale et des enveloppes brunes des non-élus (hauts-fonctionnaires et 100 mogols).