L'économie canadienne se contracte

L'économie canadienne se contracte

mer, 27/06/2018 – 16:30
Posté dans :
1 commentaire

Les tensions commerciales entre les États-Unis et le Canada pourraient sérieusement impacter notre économie.

Voici la ou les sources de cet article : Bloomberg et The Financial Post / Voici la source de la photo : CC0

L'agence de presse Bloomberg soutient que les frictions entourant les récentes négociations sur le libre-échange entre le Canada et les États-Unis ont miné la confiance des ménages canadiens et pourraient sérieusement impacter notre économie.

Chute de la confiance des ménages

En effet, une étude statistique menée par Nanos Research, commandée par Bloomberg, observe une chute sans équivoque de la confiance des ménages à la suite des récentes passes d'armes entre les deux chefs de gouvernement dans un contexte où le Canada dépend toujours de son puissant voisin du sud en matière d'exportations.

Les mêmes sources soulignent que les menaces proférées par Donald Trump, à l'effet que tout ce litige commercial « va coûter beaucoup d'argent au peuple canadien », ont généré une dégringolade des attentes en termes de croissance économique chez les Canadiens.

Nik Nanos, président de Nanos Research, pousse l'analyse plus loin en soulignant qu'« il est rare d'assister à une telle salve de menaces à l'encontre de l'ensemble des paramètres économiques canadiens ». L'analyste estime qu'il est « honnête d'affirmer qu'une certaine proportion des Canadiens sont persuadés qu'il y aura un prix à payer pour le Canada et que cette expérience risque fort d'être désagréable ».

De nouvelles barrières tarifaires

Par ailleurs, il n'y a pas que les empoignades entre Trudeau et Trump qui ont assombri le tableau économique. En effet, la volonté américaine d'imposer des tarifs sur l'acier et l'aluminium canadiens aura contribué à jeter de l'huile sur le feu dans un contexte où il est important de finir par trouver un terrain d'entente en matière d'échanges économiques transfrontaliers.

Améliorer l'état de nos infrastructures et notre compétitivité

Mike Manjuris, professeur en commerce international à l'Université Ryerson, dans le cadre d'un entretien mené auprès d'Emily Jackson du Financial Post, détaille les enjeux et met le cap sur une perspective positive. Il estime que de nouvelles dispositions régissant l'ALENA seront, tôt ou tard, renégociées entre les États-Unis et le Canada, car nos voisins du sud ont besoin d'échanger avec nous afin que leur économie puisse continuer de croître.

Toujours est-il que le professeur Manjuris estime que nous avons tout à gagner des récentes ententes conclues entre le Canada et l'Europe, une nouvelle donne économique qui fera en sorte que nous puissions bénéficier d'importants transferts de technologie et qui pourrait accroître notre compétitivité.

Quoi qu'il en soit, Mike Manjuris insiste sur le fait que nous devons améliorer l'état de nos infrastructures afin de permettre à nos propres entreprises de pouvoir mieux compétitionner à l'international. « Un nombre important de grandes compagnies sont prêtes à venir investir ici afin de développer de nouveaux pôles de recherche et développement, mais nous devons améliorer l'état de nos infrastructures et nous donner les moyens de pouvoir [mieux] compétitionner [à l'avenir] », précise-t-il.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?