ALENA : le fédéral surveillerait les élections au Québec

ALENA : le fédéral surveillerait les élections au Québec

mar, 25/09/2018 – 19:00
Posté dans :
0 commentaire

Ottawa pourrait attendre la fin des élections au Québec avant de faire des concessions en matière de gestion de l'offre.

Voici la ou les sources de cet article : The Financial PostRadio-Canada International et Twitter / Voici la source de la photo : Demnos0813, FlickrCC BY-SA 2.0

Selon certaines sources au sein de l'administration Trump et du Congrès américain, le Canada hésiterait à faire des concessions importantes concernant son système de gestion de l'offre, préférant attendre l'issue du scrutin québécois du premier octobre prochain. Rappelons que des négociations sont en cours entre les deux pays dans le but de parvenir à un nouvel Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

« Absolument scandaleux »

Ces nouvelles informations ont fait réagir le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, qui s'est empressé de publier sur son compte Twitter qu'« Ottawa attend après l'élection québécoise pour faire payer les fermes laitières québécoises pour l'ALENA ». Si la question de la gestion de l'offre est si sensible pour le Québec, c'est qu'une grande partie des producteurs laitiers canadiens habitent la province.

Une affirmation démentie par Justin Trudeau

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a balayé du revers de la main les rumeurs selon lesquelles son gouvernement retarderait les négociations relativement à la reconduction de l'ALENA en raison des récentes élections générales au Nouveau-Brunswick et de celles à venir au Québec.

De même, M. Trudeau s'est voulu on ne peut plus clair en déclarant que « les considérations par rapport aux élections au Nouveau-Brunswick ou au Québec ne font pas du tout partie de [la] réflexion [de notre gouvernement] » en lien avec le dossier de l'ALENA.

Le système de gestion de l'offre : bon pour le Canada ?

Le gouvernement canadien prétend qu'il est ferme dans ses négociations avec Washington. Le premier ministre Justin Trudeau a d'ailleurs souvent répété que « [son gouvernement] ne signerait qu'un bon accord pour le Canada, sinon [il] ne le [signerait] pas. »

Toujours est-il que certaines sources avancent que le gouvernement fédéral a offert de permettre aux Américains un plus grand accès au marché laitier canadien. En effet, les États-Unis se verraient accorder la possibilité d'exporter au Canada plus de produits laitiers que ce qui a été établi entre les deux pays précédemment.

Notons que les États-Unis, dans le cadre du présent accord de libre-échange avec ses deux partenaires nord-américains, ne peuvent exporter annuellement que pour environs 500 millions de dollars de produits laitiers au nord de leur frontière avec le Canada.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.