Pénurie de main-d'oeuvre : une fable ?

Pénurie de main-d'oeuvre : une fable ?

jeu, 27/09/2018 – 16:10
Posté dans :
2 commentaires

Le gouvernement Couillard nous parle constamment de la pénurie de main-d'oeuvre, et pourtant...

Voici la ou les sources de cet article : Institut du Québec (p. 5), Gouvernement du Québec (pp. 5 et 11), Gouvernement du Canada, Radio-Canada et VigileVoici la source de la photo : U.S. Department of Agriculture, Flickr, Domaine public

La formule est sur toutes les lèvres : le Québec ferait face à une véritable pénurie de main-d'oeuvre. Les chiffres sont impressionnants : 1,4 million de postes à pourvoir d'ici 2024, « dans tous les secteurs, dans tous les domaines [et pour] tous types de formations », martelait le ministre de l'Immigration, David Heurtel, au début de l'année.

En date du troisième trimestre de 2017, près de 90 000 postes étaient à pourvoir dans l'ensemble du Québec, nous révélait de son côté l'Institut du Québec en janvier dernier. Or, l'un des moyens prisés par le gouvernement Couillard pour pallier cette « pénurie » est le recours à l'immigration. Puisons ailleurs ce qu'il nous manque ici, en quelque sorte.

Pourtant, d'autres chiffres ignorés par le même gouvernement et ses affidés médiatiques nous révèlent un tout autre portrait de la réalité. En juin dernier, le Québec comptait 396 821 assistés sociaux, dont 61 864 personnes nées « hors du Canada ». En outre, à la fin d'août, 251 200 Québécois étaient sans emploi. Des données qui ne mentent pas.

Mais au-delà des chiffres, des experts ont tenu à rappeler que l'immigration était loin de représenter la seule solution à la « pénurie » de main-d'oeuvre. C'est le cas de Michel Lemelin, vice-président du Groupe Pageau, qui soutient que les entreprises devraient notamment se tourner vers la robotisation.

C'est aussi le cas de Pierre-André Julien, professeur émérite à l'Institut de recherche sur les PME. Dans un article paru dans Le Devoir en septembre 2017, M. Julien a expliqué « qu'en moyenne, les équipements [dans les PME] sont utilisés à moins de 35 % du temps disponible ». La solution passerait donc par un réaménagement du travail des employés, selon lui, de même que par une offre de formation accrue et de meilleures conditions de travail.

La firme de consultants en employabilité Orpair a par ailleurs encouragé les employeurs à embaucher des personnes de plus de 50 ans, tandis que le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, a exhorté le gouvernement à penser aux Autochtones.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Depuis 15 ans que les liberaux font entrer 52,000 immigrant par années,mais combien travaillent. Si je conte 52.000 multiplier par 15 ans ça fait quelque chose comme 780.000
immigrants à l'aide social. En 15 ans combien sont rester à l'aide social et combien se sont trouver un travail.????
quelqu'un peut répondre à cette question.
Pour sûr ça fait 780.000 votes de plus pour Couillar