Levée de boucliers des commerçants de la région de Québec

Levée de boucliers des commerçants de la région de Québec

ven, 05/10/2018 – 17:00
Posté dans :
1 commentaire

La colère gronde au sein de la classe commerçante de Baie-Saint-Paul à la suite des pertes enregistrées dans la foulée du G7.

Voici la ou les sources de cet article : Journal de Montréal, TVA, CIHO FM, antig7 et AFESPED Voici la source de la photo : CC0

Plusieurs commerçants de la région, selon ce que rapporte le Journal de Montréal, envisagent d'entreprendre un recours collectif contre Ottawa dans un contexte où le gouvernement fédéral refuse de leur attribuer une juste compensation afin d'éponger les pertes financières qu'ils ont dû subir, cet été, dans la foulée du G7.

Les contribuables sont saignés comme d'habitude

Rappelons à nos lecteurs que les contribuables ont été obligés d'allonger la mirobolante somme de 600 millions de dollars afin d'assurer la sécurisation des environs de La Malbaie, mais aussi du centre-ville de Québec et d'autres secteurs de la Capitale-Nationale.

Qui plus est, pas moins de 8 000 policiers avaient été mobilisés pour cette rencontre du G7 qui s'est déroulée les 8 et 9 juin derniers et face à laquelle étaient venus protester quelques centaines de mécontents. Et, non des moindres, c'est l'organisme antig7, une nébuleuse maoïste très présente sur le campus de l'UQAM, qui s'est activé à mobiliser l'essentiel de ce bataillon venu semer le trouble dans la région.

Les petits commerçants de la région floués

Outre le demi-milliard consacré à la sécurité, il faut ajouter les pertes encourues par des centaines de petits commerçants qui comptent sur la saison estivale pour réaliser le plus gros de leur chiffre d'affaires. Et, c'est ici que les choses se gâtent. Certains petits artisans ayant perdu jusqu'à 50 000 dollars pour ce festival de la casse qui n'aura duré que deux maigres petits jours.

Sylvie Boucher, députée de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île D'Orléans-Charlevoix, est venue s'exprimer à ce propos sur les ondes de FM Charlevoix, vendredi matin. Mme Boucher assure que « depuis le lendemain du G7, j'ai eu énormément de téléphones, des gens qui ont perdu des sous pendant cette semaine-là. Les gens qui m'ont approchée ont perdu entre 35 000 et 40 000 dollars pour une semaine. C'est beaucoup d'argent ».

Par ailleurs, la députée conservatrice estime que la ruralité n'est pas vraiment prise au sérieux par la classe politique. Elle entend faire de ce sujet son « cheval de bataille » dans sa circonscription. Et, tant qu'à parler de ruralité, soulignons que le viticulteur Pascal Miche, un artisan actif dans la région de Charlevoix, soutient avoir perdu 35 000 dollars l'été dernier.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Si tout cela est vrai, ce n'est pas à une toute petite région de faire les frais pour une rencontre internationale. C'est comme si on venait, sans invitation, faire un party dans ma maison et que les frais m'incomberaient.
C'est inadmissible. Qu'on rembourse les frais. C'est la simple logique.