Toronto pourrait devenir une des prisons numériques de Google

Toronto pourrait devenir une des prisons numériques de Google

mer, 07/11/2018 – 08:15
Posté dans :
0 commentaire

La cité numérique érigée sur les abords du Waterfront de Toronto pourrait devenir un avant-poste de la surveillance en ligne.

Voici la ou les sources de cet article : Bloomberg, Montréal ville intelligente et Waterfront TorontoVoici la source de la photo : Rennett Stowe, FlickrCC BY 2.0

C'est Ann Cavoukian, conseillère spéciale de la firme Sidewalk Labs LLC, une filiale de la société Alphabet, derrière Google, qui a lancé le cri d'alarme : Toronto pourrait devenir une des prisons numériques de Google. Mme Cavoukian a, d'ailleurs, démissionné de ses fonctions chez Sidewalk Labs LLC afin de protester contre ce qu'elle qualifie d'atteinte au droit à la protection des renseignements privés.

Elle devrait, incessamment, rencontrer les dirigeants de Waterfront Toronto, la société paragouvernementale qui supervise cet ambitieux projet de cité numérique. L'ensemble du litige porte sur le fait que cet ensemble d'infrastructures dédiées à la collecte des informations personnelles des usagers – via les téléphones intelligents et autres interfaces numériques – pourrait utiliser les données recueillies pour faire de la surveillance policière. Une pratique qui est déjà courante en Chine.

Ann Cavoukian, une experte dans le domaine de la protection des données personnelles, estime que « si vous êtes incapable de faire en sorte que les données recueillies soient découplées de l'identité des usagers, vous allez être en présence d'une cité de la surveillance parce que tout le monde souhaite pouvoir accéder à des données qui sont reliées à des identités concrètes. Voilà une mine d'or pour les prospecteurs de données personnelles et c'est le contraire de ce que nous souhaitons réaliser ».

Mme Cavoukian estime que toutes les « cités intelligentes », incluant celles qui sont déjà implantées à Dubaï et en Chine, sont devenues, de facto, des avant-postes de la surveillance ou prisons numériques. Rappelons que Montréal entend, incessamment, se joindre à l'internationale des cités numériques. Un projet à surveiller de près.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.