Mises à pied massives chez Bombardier d'ici 2020

Mises à pied massives chez Bombardier d'ici 2020

jeu, 08/11/2018 – 12:15
Posté dans :
0 commentaire

L'entreprise annonce l'abolition à terme de 2 500 emplois au Québec.

Voici la ou les sources de cet article : Radio-Canada et ReutersVoici la source de la photo : Alexandre Gouger, WikimediaCC BY-SA 3.0

Bombardier a annoncé, jeudi matin, qu'elle abolirait 5 000 emplois dans le monde, dont 2 500 emplois au Québec. L'entreprise se départit de sa Q Series pour la somme d'environ 300 millions de dollars, décision qui ne devrait toutefois pas affecter les travailleurs du Québec.

Réactions dans le monde politique québécois

On s'imagine que la nouvelle est tombée comme un couperet pour bon nombre de travailleurs de l'entreprise au Québec. Quoi qu'il en soit, l'annonce de Bombardier n'a certes pas manqué de faire réagir les différents partis à l'Assemblée nationale.

Au gouvernement, on a tenu à préciser que la priorité sera accordée aux travailleurs. Il entend consulter les acteurs oeuvrant dans le milieu afin de voir comment il est possible de les aider, ouvrant la porte au soutien par le gouvernement québécois d'autres projets susceptibles de créer des emplois.

Chez les libéraux, Dominique Anglade, porte-parole de la formation politique en matière d'économie, a abondé dans le même sens, appelant le premier ministre François Legault à poser « rapidement des gestes concrets pour soutenir l'ensemble des travailleurs ».

Le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé, a pour sa part rajouté son grain de sel, percevant dans l'annonce de Bombardier une « catastrophe pour l'emploi au Québec ».

Le démantèlement d'un fleuron québécois pièce par pièce

La partie de l'entente couvrant la vente de la Q Series de Bombardier mérite certainement d'être abordée : le géant québécois se départit non seulement de l'ensemble des actifs du projet, mais aussi de la propriété intellectuelle de ce dernier. Les certifications de type associées aux Dash 8 Series 100, 200 et 300 font également partie de l'entente. Sans compter les activités du programme d'avion Q400 à l'installation de Downsview, en Ontario.

Rappelons que Bombardier avait conclu une entente avec Airbus plus tôt cette année concernant sa C-Series prévoyant un partage des parts de ce projet entre les deux entreprises. Ainsi, tandis qu'Airbus acquérait 50,01 % des parts suite à l'entente, Bombardier en conservait 31 % et Investissement Québec 19 %.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.