Philippe Couillard a rencontré un cadre de la Qatar Foundation

Philippe Couillard a rencontré un cadre de la Qatar Foundation

mer, 19/09/2018 – 12:30
Posté dans :
1 commentaire

Sous son masque d'organisation de bienfaisance, la Qatar Foundation cache une réalité inquiétante : l'intégrisme islamique.

Voici la ou les sources de cet article : Point de bascule, Twitter, Facebook #1 et #2, WISE #1 et #2, Voice of America, Reuters et Federation of American Scientists (p. 7) / Voici la source de la photo : U.S. Department of Agriculture, Flickr, Domaine public

Le 2 mars dernier, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a rencontré Elyas Felfoul, un administrateur du World Innovation Summit for Education (WISE), une subdivision de la Qatar Foundation. Rien n'a transpiré des discussions entre les deux hommes, si ce n'est que sur le compte Twitter de WISE, un message indiquait qu'il avait été question « du rayonnement » de cette organisation « dans la région ».

WISE et la Qatar Foundation sont peu connus au Québec, ce qui n'est pas le cas chez les experts de l'intégrisme islamique. À y voir de plus près d'ailleurs, l'entourage du premier ministre aurait peut-être mieux fait de lui trouver un autre emploi du temps le 2 mars dernier.

Un repaire d'islamistes

La Qatar Foundation a été fondée en 1995 par l'ex-émir du Qatar, Hamad bin Khalifa al-Thani. En 2009, la fondation a mis sur pied le World Innovation Summit for Education, ou WISE, « une plate-forme multisectorielle internationale pour la réflexion créative, le débat et l'action ciblée », selon son site Internet.

La Qatar Foundation a créé d'autres subdivisions, mais deux d'entre elles nous intéressent davantage : le Centre Al-Qaradawi pour la modération et le renouveau islamique, et le Centre de recherche sur la législation islamique et l'éthique.

Le Centre Al-Qaradawi pour la modération et le renouveau islamique est sous la présidence de Youssef al-Qaradawi, l'une des influences intellectuelles du mouvement fondamentaliste de l'Islam. Ses positions extrémistes sont nombreuses. En voici une courte liste :

  • Il cautionne l'usage de la violence chez les époux envers leurs femmes, entre autres lorsqu'elles se rebellent contre leur autorité.
  • Il approuve l'excision du clitoris.
  • Il justifie le meurtre des homosexuels.
  • Il encourage la formation de ghettos musulmans aux États-Unis, au Canada, en Australie et ailleurs en Occident dans un projet de conquête.

En outre, Qaradawi apporte son soutien au groupe terroriste Hamas et préconise le recours aux attentats suicides en Israël.

Quant au Centre de recherche sur la législation islamique et l'éthique, il était dirigé jusqu'à tout récemment par Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, Hassan el-Banna. Fidèle aux préceptes de la confrérie, Ramadan a exhorté ses partisans à « coloniser les États-Unis d'Amérique […] avec notre compréhension de l'islam, avec nos principes », lors d'un discours prononcé à Dallas en 2011.

D'autres leaders islamistes ont également été invités à participer aux activités de la Qatar Foundation dans le passé. Parmi ceux-là : Tariq al-Hawwas, qui a une fois déclaré que l'humanité aurait été soulagée si Hitler avait pu « achever » les Juifs.

Par ailleurs, la Qatar Foundation supervise la mosquée du quartier Education City, à Doha, la capitale du Qatar. Parmi les prédicateurs qui fréquentent cette mosquée, on retrouve Mudassir Ahmed, qui, lors d'un sermon le 18 mars 2016, a imploré Allah de « tuer les infidèles », c'est-à-dire tous ceux qui ne sont pas musulmans.

Le « Club Med des terroristes »

Le Qatar est l'un des plus importants appuis étatiques à l'intégrisme islamique dans le monde. Dans un article paru le 27 septembre 2014, le journal britannique The Telegraph qualifiait ce pays de « Club Med des terroristes ». De nombreux islamistes liés au Qatar ont fourni des fonds à l'ex-Front al-Nosra, autrefois allié d'Al-Qaida, ou encore à l'État islamique.

Le régime qatari a par ailleurs remis 7,5 milliards de dollars à l'ex-gouvernement de Mohammed Morsi en Égypte, dont plusieurs membres faisaient partie des Frères musulmans, et il abrite plusieurs personnalités du milieu islamiste, telles que Khaled Meshaal, un des leaders du Hamas palestinien, et Youssef al-Qaradawi.

Des libéraux liés à la Qatar Foundation

Elyas Felfoul a jadis joué le rôle de conseiller politique auprès de l'ex-ministre de la Justice, Jacques Dupuis, au sein du cabinet Charest. En 2013, il a été promu à la tête du département de l'Administration de WISE.

L'actuel candidat du Parti libéral dans la circonscription de Nelligan, Monsef Derraji, a participé à un événement de la Qatar Foundation à Doha en novembre 2017. Il s'y était rendu à titre de président du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ).

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Tous les musulmans ne sont pas dangereux. Mais le problème c'est que derrière l'ouverture totale de l'esprit, il y a un côté très sombre : l'infiltration et la contamination des esprits des citoyens des pays (encore) libres. Ces organismes de bienfaisance sont comme l'était l'Inquisition au Moyen-Âge : elle cache la réalité qui est l'invasion, non pas l'immigration de musulmans honnêtes, mais de tordus fous de Dieux, du pouvoir et de l'argent. En fait ces tordus n'utilisent la plus part du temps la religion que pour recruter des combattants issus des classes les plus pauvres, donc des individus fragiles émotionnellement et sensibles aux discours extrémistes. Pensez à Hitler.