L'UQAM prise en otage par l'extrême gauche

L'UQAM prise en otage par l'extrême gauche

jeu, 08/11/2018 – 16:00
Posté dans :
0 commentaire

Le Peuple a mis en orbite une série d'articles afin d'explorer les diverses facettes de la crise actuelle qui secoue l'UQAM.

Voici la source de la photo : Chicoutimi, WikimediaCC0 1.0

L'Université du Québec à Montréal (UQAM) a été créée dans la foulée des événements de Mai 68 et plusieurs de ses départements portent la marque indélébile d'une idéologie gauchiste qui refuse d'évoluer. Un noyau dur de professeurs et d'employés s'accroche à cette période de l'histoire révolue.

Refusant de tourner la page, cette poignée de gauchistes s'acharne à perpétuer le mythe d'une lutte des classes qui n'a rien à voir avec l'enseignement universitaire. C'est ainsi qu'une portion des étudiants, sans oublier toute une flopée d'activistes qui ne sont même pas inscrits à l'université, se font dûment endoctriner afin de jouer leur rôle d'« idiots utiles ».

Ce noyautage de l'UQAM a pris des proportions telles que, durant les violentes émeutes de 2015, l'ancien recteur Robert Proulx a été obligé de faire appel à l'escouade antiémeute du service de police de Montréal pour calmer le jeu.

Nous avons pris la décision de mener une première enquête, se déclinant sous la forme de six articles, sur ce dossier afin d'aider nos lecteurs à se faire une idée de l'état des lieux. En espérant que certains interlocuteurs concernés par ces tristes événements oseront nous contacter, un jour ou l'autre.

Pour ne pas manquer cette série d'articles, n'hésitez pas à suivre notre journal en cliquant sur ce lien. Nous vous encourageons aussi à diffuser cette page sur les réseaux sociaux afin de nous aider.

A été publié le 12 novembre 2018 :
Fuck the police

L'UQAM est prise en otage par une nébuleuse
Notre équipe a mené une enquête sur l'infiltration des institutions d'enseignement par des groupuscules violents.

A été publié le 14 novembre 2018 :
Comment sortir du capitalisme

Quand l'extrême gauche s'invite à l'UQAM
La grève des carrés rouges a permis à l'extrême gauche de parasiter la vie étudiante d'une université sans direction forte.

A été publié le 16 novembre 2018 :
Toutes unies

La sexologie : un outil pour châtrer les jeunes universitaires
Des activistes au département de sexologie de l'UQAM ont développé un projet visant à « rééduquer » les milléniaux.

Sera publié le 19 novembre 2018 :
François Legault

L'extrême gauche se mobilise dans les locaux de l'UQAM
La Riposte socialiste a inauguré une conférence-discussion intitulée COMMENT COMBATTRE LA CAQ ?

Sera publié le 21 novembre 2018 :
Métro

Une nébuleuse d'organismes violents prêts à semer la pagaille
La cellule « Force Étudiante Critique » a tenté de perpétrer un attentat dans le métro de Montréal au début de mai 2012.

Sera publié le 23 novembre 2018 :
Tout le monde déteste la police

L'extrême gauche semble être protégée par la direction de l'UQAM
Plusieurs pistes indiquent que les rouages administratifs et le corps enseignant encouragent cette infiltration généralisée.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.