Un Libano-Canadien libre des accusations de terrorisme contre lui

Un Libano-Canadien libre des accusations de terrorisme contre lui

sam, 13/01/2018 – 07:45
Posté dans :
0 commentaire

Il était accusé d'être l'auteur d'un attentat à la bombe perpétré le 3 octobre 1980 devant la synagogue de Paris.

Source : CBC News, Radio-Canada, Le Figaro et L'ExpressPhoto : CC0

Le Libano-Canadien Hassan Diab a été libéré des accusations de terrorisme qui pesaient contre lui en France. M. Diab avait été arrêté par la GRC en novembre 2008 et extradé en France en 2014 après avoir été accusé d'être l'auteur d'un attentat à la bombe perpétré le 3 octobre 1980 devant la synagogue de Paris. Quatre personnes avaient été tuées et une quarantaine d'autres blessées.

Au départ, les autorités françaises avaient cru à un complot de l'extrême droite, mais elles s'étaient finalement convaincues qu'il s'agissait plutôt de l'oeuvre de l'organisation terroriste appelée Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS).

Mais voilà, neuf ans après son arrestation, M. Diab est libre. Selon les juges d'instruction français, « les charges pouvant être retenues contre Hassan Diab ne sont pas suffisamment probantes et se heurtent à trop d'éléments à décharge pour pouvoir justifier un renvoi devant la cour d'assises. »

L'enquête sur Hassan Diab

Hassan Diab, un ancien professeur de sociologie à l'Université d'Ottawa, avait été arrêté au Québec en 2008. Il a toujours clamé son innocence sur l'affaire de la synagogue de Paris, se disant victime d'une méprise. Mais selon le Figaro, le mandat d'arrêt délivré par la justice française évoque des détails qui correspondent « exactement au parcours de l'homme interpellé vingt ans plus tard au Canada », soit Hassan Diab.

Les enquêteurs avaient établi que l'auteur de l'attentat était un certain Alexandre Panadriyu, originaire de Chypre. Grâce à des témoins, ils avaient dressé un portait-robot de Panadriyu, de même qu'ils avaient découvert qu'il était en possession d'un faux passeport. En 1981, les autorités ont retrouvé le passeport de Hassan Diab lors d'une saisie à l'aéroport de Rome. Il a fallu attendre en 1999 pour que la Direction de surveillance du territoire (DST) fasse le lien entre ce Hassan Diab et Alexandre Panadriyu.

L'enquête a fait du surplace pendant encore quelques années jusqu'à ce qu'elle soit relancée en 2007 grâce au juge français Marc Trévidic. Le juge avait réuni la DST et la brigade criminelle, qui ont réussi à confirmer que l'homme qu'elles recherchaient était bien l'ancien professeur d'Ottawa, Hassan Diab.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.