Assane Kamara acquitté d'accusations de terrorisme

Assane Kamara acquitté d'accusations de terrorisme

mer, 04/11/2018 – 14:00
Posté dans :
0 commentaire

Il avait entretenu des liens avec des djihadistes de l'Association des musulmans de l'Université de Sherbrooke (AMUS).

Source de l'article : La Tribune / Source de la photo : Fournie par The Toronto Star

L'ex-étudiant de l'Université de Sherbrooke Assane Kamara a été acquitté des accusations d’apologie du terrorisme, de financement du terrorisme et d’association de malfaiteurs par une cour sénégalaise. Le procureur chargé du dossier avait réclamé une peine de cinq ans de prison ferme, mais la cour n'a finalement pas retenu les accusations.

Assane Kamara traînait pourtant un dossier fort chargé. Il avait été arrêté au Sénégal en février 2016 au moment où il tentait de se rendre en Tunisie. Sa mère, n'ayant plus de nouvelles de lui, était venue au Canada en 2014 pour s'enquérir de la situation. Elle avait appris que son fils distribuait des revues religieuses à Edmonton et qu'il dirigeait même la prière du vendredi dans une mosquée de l'endroit. Elle avait alors décidé de le dénoncer aux autorités.

Kamara avait déménagé au Canada en 2010 pour étudier l'économie à l'Université de Sherbrooke. Là-bas, il avait fréquenté l'Association des musulmans de l'Université de Sherbrooke (AMUS) et s'était lié d'amitié avec Samir Halilovic, Youssef Sakhir et Sayed Zakria Habibi, tous trois partis joindre les troupes de l'État islamique au cours du printemps et de l'été 2014.

Un an auparavant, Kamara, en compagnie de Sakhir et de Habibi, avait déménagé à Edmonton, où, avec ses deux comparses, il s'était adonné à des activités religieuses. Mais il est disparu des radars à l'été 2014. Il a finalement été arrêté à Dakar en 2016 et accusé d'avoir tenté de rejoindre un groupe djihadiste.

Aux enquêteurs sénégalais, Kamara a avoué avoir fréquenté des partisans des Frères musulmans à l’Association des musulmans de l'Université de Sherbrooke.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.