La SSJB réagit à l'attaque judiciaire contre la loi 99

La SSJB réagit à l'attaque judiciaire contre la loi 99

ven, 18/05/2018 – 08:00
Posté dans :
0 commentaire

La Société Saint-Jean-Baptiste dénonce l'immobilisme des 4 partis québécois dans ce dossier.

Source de l'article : SSJBSource de la photo : Facebook

Le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB), Maxime Laporte, somme les partis politiques du Québec de prendre leurs responsabilités sur le plan constitutionnel. La sortie de M. Laporte fait suite à la décision du Comité spécial pour l'unité canadienne de faire appel du jugement de la Cour supérieure du Québec qui a confirmé en avril dernier la validité constitutionnelle de la loi 99 sur l'autodétermination du Québec.

La loi 99 « accorde aux Québécois le droit de décider seuls s'ils veulent se séparer du Canada ». Adoptée sous le gouvernement du Parti québécois en 2000, elle se voulait une réponse à la loi sur la « clarté référendaire » du gouvernement de Jean Chrétien. Celle-ci prévoit, entre autres, que la Chambre des communes examine la question posée lors d'un référendum sur la sécession d'une province afin de déterminer si elle est claire et si elle permet à la population de la province de déclarer clairement sa volonté de cesser de faire partie du Canada.  

Par sa décision d'interjeter appel du jugement de la Cour supérieure, le Comité spécial pour l'unité canadienne dit, entre autres, vouloir empêcher une remontée du nationalisme, citant en exemple les « intentions sécessionnistes » de l'Écosse et de la Catalogne.

Concernant ce dossier, Maxime Laporte dénonce « l'immobilisme » de la classe politique. « [...] il m’apparaît inconcevable que le destin du peuple québécois et la question de nos fondements démocratiques puissent ainsi se jouer devant un tribunal », a déclaré M. Laporte. « Il est de la responsabilité de nos dirigeants politiques de s’en saisir, plutôt que de s’en laver les mains en reléguant le tout au seul pouvoir judiciaire… »

À l'approche des élections, le président de la SSJB demande donc aux chefs et porte-parole des partis de proposer des mesures « pour que soient enfin respectés » les « droits politiques les plus élémentaires et fondamentaux » des Québécois.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.