Usage de l'anglais : les avocats demandent au Barreau de reculer

Usage de l'anglais : les avocats demandent au Barreau de reculer

ven, 25/05/2018 – 11:00
Posté dans :
0 commentaire

Le Barreau du Québec veut faire invalider les lois parce qu'elles n'ont pas été adoptées dans les deux langues.

Sources de l'article : Le Devoir, Radio-Canada, Le Journal de Montréal, Barreau du Québec et Facebook / Source de la photo : CC0

Jeudi, 745 avocats se sont réunis en Assemblée générale extraordinaire pour débattre d'une initiative récente du Barreau du Québec qui a beaucoup fait réagir. Celui-ci, avec le Barreau de Montréal, veut en effet faire invalider les lois et les règlements du Québec, qu'il juge inconstitutionnels. Selon le Barreau, l'adoption des textes législatifs devrait se faire simultanément en anglais et en français.

Or, les avocats ont voté à 52 % pour que le Barreau du Québec se retire de ce recours judiciaire. Le président de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB), Maxime Laporte, s'en est réjoui sur sa page Facebook en écrivant ceci : « Aujourd'hui, je suis fier de ma profession. Il y a de l'espoir ! »

Dans un communiqué de presse, le Barreau du Québec a dit prendre note du vote, qui est toutefois non contraignant. Le bâtonnier du Québec Paul-Matthieu Grondin a déclaré ceci : « L'idée n'est pas d'avoir des gagnants ou des perdants. Il s'agissait d'un échange d'idées et je trouve stimulant le fait que nous ayons eu des débats respectueux au Barreau sur la question de la protection du public qui est notre mission. »

Rappelons que le 15 mai dernier, une trentaine de manifestants s'étaient présentés devant la Maison du Barreau du Québec pour protester contre celui-ci. « Seule une vision profondément colonialiste peut expliquer pareille démarche [du Barreau] », avait avancé le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault. « Une institution dont la mission est québécoise, surtout le Barreau, devrait comprendre depuis fort longtemps qu'une nation qui se respecte ne peut accepter qu'une autre lui impose ses volontés. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.