Un juge donne à un immigrant une seconde chance

Un juge donne à un immigrant une seconde chance

lun, 18/06/2018 – 13:19
Posté dans :
1 commentaire

Christopher Gregory pourra retenter d'obtenir sa résidence permanente même s'il a fait de la prison pour crime sexuel.

Voici la ou les sources de cet article : SOQUIJVoici la source de la photo : CC0

Dans une décision rendue le 6 juin dernier, le juge Leonard S. Mandamin a permis à un immigrant, Christopher Gregory, de tenter une nouvelle fois sa chance pour réobtenir sa résidence permanente au Canada. Le fait est que M. Gregory, un Jamaïcain de 57 ans, avait obtenu sa résidence une première fois en 1987, mais l'avait perdue en 2009 à la suite de démêlés avec la justice.

En effet, alors qu'il était aux États-Unis, il y a mené une « vie de débauche » et a été arrêté en 2007 pour possession de cocaïne. Un mandat d'arrestation a été émis en 2008, puisqu'il n'avait pas respecté une ordonnance de probation. Puis, en 2009, il a fait un peu plus de cinq mois de prison pour avoir eu des relations sexuelles avec sa voisine, une adolescente de 15 ans.

M. Gregory a ensuite été renvoyé au Canada, où il a été déchu de sa résidence permanente pour que, finalement, les autorités compétentes finissent par ordonner sa déportation.

La décision initiale

M. Gregory a demandé au ministère de l'Immigration de lui raccorder sa résidence permanente sur la base de considérations d'ordre humanitaire. Il a mis de l'avant son absence de lien avec la Jamaïque, les intérêts supérieurs de son petit-fils, les liens tissés avec sa famille et ses amis au Canada, puis sa condition médicale, car il craint de ne pas pouvoir bénéficier de l'aide appropriée pour sa cécité en Jamaïque.

L'agente responsable de son dossier, Anne Dello, n'a pas été convaincue par le plaidoyer de M. Gregory. Elle a souligné qu'il ne faisait pas « partie intégrante » de la vie de son petit-fils et qu'il avait vu sa fille biologique pour une dernière fois en 2006 et que cette dernière ne dépendait pas de lui pour du soutien émotionnel ou financier.

En outre, elle a fait remarquer que la cécité de M. Gregory ne l'a pas empêché de mener son existence à Hamilton, en Ontario, et qu'il pourrait se débrouiller de façon similaire en Jamaïque. Elle a aussi beaucoup insisté sur les cinq mois de prison qu'il a dû faire aux États-Unis à cause des relations sexuelles qu'il a eu avec une mineure.

Une nouvelle chance pour Christopher Gregory

Mais contre toute attente, le juge Leonard S. Mandamin a déclaré que l'agente Anne Dello avait été « déraisonnable » à l'égard de M. Gregory. Il a estimé que la cécité de ce dernier représentait un véritable problème qui rendrait sa vie en Jamaïque beaucoup plus difficile, un pays où, par ailleurs, il n'a pas de réseau de contacts.

Le juge Mandamin a aussi reproché à Mme Dello d'avoir trop insisté sur le crime sexuel de M. Gregory et pas suffisamment sur sa réhabilitation. Il a choisi de donner du crédit aux « remords » de M. Gregory pour sa conduite répréhensible dans le passé.

« J'autorise la requête pour une revue judiciaire et renvoie le dossier pour réexamen devant un nouvel agent de l'immigration », peut-on lire dans la décision du juge.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

De plus en plus on passe des immigrants du statut de criminel à celui de victimes. Évidemment, les véritables victimes et les personnes qui font leur travail deviennent les oppresseurs, les méchants de l’histoire. Attention aux collabos-utiles qui se prennent pour le meilleur de l’humanité avec leur tolérance coupable. Encore aujourd’hui, plus de 75 ans plus tard, la France demande des comptes aux collabos-nazis de la dernière guerre. Mondiale. Un jour ce sera votre tour.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.