Les bureaux des agents frontaliers bloqués par des extrémistes

Les bureaux des agents frontaliers bloqués par des extrémistes

lun, 03/09/2018 – 10:45
Posté dans :
0 commentaire

Solidarité sans frontières a organisé une énième manifestation pour s'opposer à la déportation des immigrants et réfugiés.

Voici la ou les sources de cet article : Le Devoir, La Presse #1 et #2, Twitter / Voici la source de la photo : Solidarité sans frontières

L'extrême gauche a encore trouvé un moyen de faire du grabuge. Jeudi, des membres de l'organisme Solidarité sans Frontières (SSF) ont bloqué pendant deux heures les portes des bureaux de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) à Montréal. Par ce geste, SSF voulait manifester en mémoire de Bolante Idowu Alo, un ressortissant nigérian décédé au moment où il était déporté vers son pays d'origine. Chose surprenante, personne n'a été arrêté à la suite de cette manifestation.

On peut dire sans se tromper que Solidarité sans frontières rassemble une coterie d'experts de la désobéissance civile. Parmi ceux qui appartiennent à cette coterie figure nul autre que Jaggi Singh, un habitué des cours de justice québécoises. On ne compte plus les articles que nous lui avons consacrés.

Pour SSF, les pays riches sont la cause première des migrations dans le monde. Les frontières, selon l'organisme, sont un « moyen de contrôle migratoire » qui « [empêche] les personnes de sortir de la violence, de la pauvreté et de l'exploitation ». Il voudrait donc les voir supprimer, d'autant que le Canada a tout à se reprocher, car, comme les États-Unis, il est fondé « sur le vol des terres autochtones, ainsi que sur le génocide en cours et le déplacement des peuples autochtones ».

SSF a participé à plusieurs manifestations, dont l'une, le 19 mai dernier, durant laquelle la journaliste Faith Goldy a été agressée non loin du chemin Roxham. « On est ici pour passer un message très clair aux réfugiés qui sont là qu'ils sont les bienvenus, qu'on devrait ouvrir les frontières pour les accueillir. » Ces paroles « touchantes » avaient été prononcées cette journée-là par l'un des porte-parole de SSF, Aaron Lakoff, un artiste montréalais qui était heureux de publier sur son compte Twitter la vidéo du geste commis jeudi dernier par son organisation aux bureaux de l'ASFC.

SSF a organisé une autre manifestation le 16 juin dernier dans le but de diffuser son message d'« ouverture », pour ensuite mettre sur pied une « Caravane de Bienvenue aux Réfugié-s » dans la seule intention d'aider les migrants illégaux à traverser la frontière. Du 29 juin au 1er juillet, la caravane de dix voitures a sillonné les routes longeant la frontière québéco-américaine de Coaticook à Huntington. Selon les organisateurs, « [l]a vaste majorité des gens rencontré (sic) par la Caravane supportait le message de bienvenue ».

Il n'y a pas à dire, on aime les démonstrations publiques chez Solidarité sans frontières, puisque l'organisme en a remis le 21 juillet en organisant cette fois un rassemblement « d'urgence » à Montréal afin de réclamer un moratoire sur les expulsions d'Haïtiens arrivés de manière illégale au Canada.

Enfin, le 4 août, l'organisme s'est réuni avec d'autres groupes d'extrême gauche devant les bureaux montréalais de l'Agence des services frontaliers, ceux-là mêmes qui ont été bloqués jeudi, pour demander l'abolition du nouveau ministère fédéral de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.