Deux musulmans réclament une compensation de 6 millions

Deux musulmans réclament une compensation de 6 millions

mar, 11/09/2018 – 16:45
Posté dans :
0 commentaire

Ils blâment le Service canadien du renseignement de sécurité pour avoir été placés sur une liste d'interdiction de vol.

Voici la ou les sources de cet article : Global News et Toronto SunVoici la source de la photo : CC0

Deux hommes d'obédience musulmane cherchent à obtenir une compensation de six millions de dollars auprès du gouvernement fédéral. Haashim Atangana Kamena et Gamal Mohamed accusent le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) d'avoir partagé des informations à leur sujet aux autorités américaines, ce qui eut pour résultat qu'ils ont été placés sur la liste d'interdiction de vol.

Selon les deux hommes, des agents du SCRS ont interrogé des membres de leur entourage, avant de les questionner eux-mêmes sur leurs allées et venues. Quand ils ont par la suite tenté de voyager en avion, ils se sont vu refuser l'embarquement parce qu'ils apparaissaient sur la liste américaine d'interdiction de vol.

Avec les événements qu'il a vécus, Haashim Atangana Kamena dit avoir été incapable de terminer un diplôme d'anglais à l'Université York « en raison de la détresse émotionnelle et de la dépression » causées par « des visites continues du SCRS et le harcèlement » dont il aurait été victime. Il est maintenant autorisé à prendre l'avion. Quant à Gamal Mohamed, il figure toujours sur la liste d'interdiction de vol.

Haashim Atangana Kamena a déjà fait parler de lui dans le passé. Il avait une fois diffusé une vidéo sur YouTube du prédicateur extrémiste australien Musa Cerantonio. Puis en juillet 2012, il avait fait parvenir une lettre au Toronto Sun dans laquelle il demandait à la ville de Toronto d'imposer un code vestimentaire aux femmes pour qu'elles cessent de s'habiller de manière provocante. De cette façon, avait-il soutenu, elles éviteraient de se faire violer.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.