Syrien accusé de meurtre : CBC peu solidaire de la victime

Syrien accusé de meurtre : CBC peu solidaire de la victime

jeu, 13/09/2018 – 16:00
Posté dans :
1 commentaire

La chaîne gouvernementale a préféré porter son attention sur la communauté syrienne plutôt que sur la mort de Marrisa Shen.

Voici la ou les sources de cet article : CBC #1 et #2Voici la source de la photo : Chicoutimi, WikimediaCC BY-SA 3.0

Pour CBC, le meurtre d'une jeune fille n'est pas plus important que la réputation d'une communauté. Dans un article paru sur le site du réseau, lundi, il est question des Syriens qui vivent au Canada, dont certains d'entre eux disent craindre les répercussions que pourrait entraîner le meurtre de Marrisa Shen, tuée par l'un des leurs.

Rappelons qu'Ibrahim Ali, un réfugié arrivé au Canada il y a 17 mois en provenance de la Syrie, a été formellement accusé de meurtre au premier degré à l'endroit de Marrisa Shen, de Burnaby, en Colombie-Britannique. La jeune fille de 13 ans avait été portée disparue le 18 juillet 2017 avant que la police ne retrouve son corps dans le Central Park de Burnaby.

Pour les besoins de son article, la CBC a interviewé des Syriens qui, s'ils sympathisent avec la famille de la petite Marrisa, s'inquiètent néanmoins des conséquences que le geste d'Ibrahim Ali pourrait avoir sur leur communauté. Et au cas où quelques-uns d'entre nous seraient portés à entretenir des préjugés, la chaîne gouvernementale prend la peine de nous signaler que les immigrants commettent peu de crimes.

Elle cite un groupe de défense des réfugiés et des immigrants appelé Mosaic : « Il est statistiquement prouvé que les immigrants sont moins susceptibles que d'autres de commettre des crimes, mais comme dans tout le reste, il y a toujours des exceptions », est-il écrit dans une déclaration publiée par Mosaic et rapportée par la CBC, qui semble avoir omis de demander au groupe de défense sur quelles statistiques il s'appuyait pour formuler ses affirmations.

La chaîne gouvernementale n'a toutefois pas semblé convaincue d'avoir fait du bon boulot pour nous convaincre que les Syriens étaient de bons diables. Elle a donc décidé de publier un autre article, mardi, cette fois pour mentionner que la police mettait la population en garde contre ceux qui seraient portés à se servir de la tragédie de Burnaby pour ternir l'image d'une « communauté dont l'expérience au Canada a généralement été marquée par le dur labeur et le succès ».

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Depuis quand la CBC se porte juge et juré à la fois? Un Syrien a tué une ado de 13 ans et lui en avait 23 si je me rappelle bien. C'était quoi son problème? Il a été accusé au premier degré. ...c'est pas rien. Au Québec nous avons eu aussi des Syriens et je dois dire qu'il nous ont coûté cher en casses dans certaines hôtels. Ce ne sont pas des p'tits jésus de plâtre comme on dit chez-nous. Chaque nationalité a ses tares mais de là à leur donner la communion sans confession...il y a une marge. Cependant, ils n'entendent pas à rire. La susceptibilité ne les a pas ménagés à la naissance. En un mot, faut pas leur piler sur le gros orteils...façon de parler. Ces gens s'en viennent au Canada et ne connaissent pas notre façon de vivre, la couleur de notre langue, nos comportements, nos lois , les rapports entre hommes / femmes canadiennes. ...en pleine jungle inconnue où tout est à découvrir et je dois dire, ça prend des personnes solides, ouvertes sur l'Occident sinon il surgit des drames.