L'art de ne pas répondre aux questions des citoyens

L'art de ne pas répondre aux questions des citoyens

jeu, 20/09/2018 – 17:00
Posté dans :
0 commentaire

Justin Trudeau a encore trouvé le moyen de contourner une question lors d'un récent échange avec le public à Saskatoon.

Voici la ou les sources de cet article : CPAC (28:00 à 35:20) / Voici la source de la photo : Radio Television Malacañang, Domaine public (Image rognée)

Plusieurs ont en mémoire la prise de bec qui avait opposé le premier ministre du Canada à une citoyenne, près de Saint-Jean-sur-Richelieu, alors que ce dernier s'en était pris à la porteuse du message. Justin Trudeau était sorti de ses gonds pour lancer : « Madame, cette intolérance par rapport aux immigrants, ça n'a pas sa place au Canada ! »

Fort en gueule, le premier ministre canadien est bien connu pour ses bains de foule et semble apprécier le fait d'échanger avec les simples citoyens qui profitent de ces occasions pour le questionner sur ses politiques ou partager leurs préoccupations concernant certains sujets brûlants.

Un long monologue au lieu d'une réponse adéquate

Justin Trudeau participait à une assemblée publique au campus de Saskatoon de l'école Polytechnique de Saskatchewan, le 13 septembre dernier, et a été confronté à une question à double-volet posée par un jeune intervenant. Contre toute attente, il a, encore une fois, esquivé les préoccupations d'un citoyen pour se lancer dans un long monologue qui n'a pas permis de démêler la question.

« Comment justifiez-vous le fait de dépenser des millions de dollars pour des réfugiés dont l'idéologie ne semble pas s'adapter à la nôtre ? », lui a lancé l'intervenant. Par ailleurs, voulant souligner qu'il s'agit d'un choix politique incongru en considérant le traitement réservé aux vétérans, l'intervenant a questionné le premier ministre à savoir s'il n'y avait pas lieu « d'aider les familles de ceux qui ont été sérieusement blessés en combattant la même idéologie extrémiste [qui peut être partagée par ceux] que vous accueillez ». « Ceci ne peut pas continuer à fonctionner ainsi », a-t-il ajouté en guise de conclusion.

Toujours la même chanson sur les bienfaits de l'immigration

S'attaquant au premier volet de la question, le premier ministre a défendu l'idée que les migrants fuient leurs patries respectives afin d'améliorer leurs conditions de vie et dans le but de participer à l'édification d'un Canada qui s'est bâti sur des vagues successives d'immigration. Détournant la question, à savoir si certains réfugiés pourraient être des terroristes potentiels, il a affirmé que « les gens qui viennent ici sont en train de fuir le terrorisme, ils ne sont pas en train de l'importer avec eux ».

Une annonce qui suscite des interrogations

Puis, après avoir épilogué sur les bienfaits de l'immigration de masse, Justin Trudeau est passé au volet portant sur l'aide aux vétérans en annonçant que « nous avons conclu une entente il y a à peine quelques jours, afin de donner des centaines de millions de dollars aux vétérans qui avaient vu leurs avantages [prestations d'invalidité et autres] se faire confisquer par le gouvernement Harper, entre 2006 et 2012 ».

« Nous avons mis en place un nouveau système qui met la priorité sur les vétérans qui ont subi les plus grosses blessures. Ceux qui, à cause de leurs sacrifices pour le Canada, ont de la difficulté à conserver ou à trouver un emploi, ou même d'être capable de travailler pour le reste de leur vie », a-t-il ajouté.

Il serait utile de rappeler que depuis le début de son mandat, à l'automne 2015, le gouvernement Trudeau aurait renoncé à dépenser plus de 372 millions de dollars qu'il avait à sa disposition pour aider les anciens combattants, selon ce qu'a déjà rapporté Global News. Reste à voir de quelle façon et sous quelles conditions seront investis les nouveaux subsides dédiés aux vétérans et à leurs familles.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.