Le fédéral manque de respect à l'égard des victimes

Le fédéral manque de respect à l'égard des victimes

lun, 22/10/2018 – 11:45
Posté dans :
1 commentaire

C'est le point de vue que le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a exprimé jeudi au Sénat.

Voici la ou les sources de cet article : FacebookVoici la source de la photo : Facebook

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a pris la parole, jeudi au Sénat, pour dénoncer les manquements aux obligations du gouvernement en ce qui concerne le droit à l'information des victimes d'actes criminels.

Selon le sénateur, le Service correctionnel, au cours des derniers mois, a manqué plus d'une fois à ses devoirs d'informer les proches des victimes. Il cite, entre autres exemples, le cas de Terri-Lynne McClintic, reconnue coupable du meurtre de la petite Victoria Stafford, qui a été transférée dans un pavillon de ressourcement pour détenues autochtones en Saskatchewan. Or, le père de Victoria Stafford n'avait pas été informé de ce transfert.

Un autre cas, celui d'Elizabeth Wettlaufer, coupable d'avoir assassiné huit personnes et soupçonnée d'autres meurtres, selon M. Boisvenu, « a été transférée à l'Institut Pinel sans que les proches de ses victimes [aient] été informés ».

Au Sénat, donc, M. Boisvenu s'en est pris au gouvernement Trudeau pour sa gestion dans ce dossier. « Honorables sénateurs, je suis inquiet du profond manque de respect du gouvernement Trudeau à l'égard des victimes », a-t-il déclaré. « Il est inacceptable que le droit à l'information des victimes ne soit pas respecté ».

Il a terminé son énoncé en invitant les victimes et leurs familles à dénoncer le gouvernement et à déposer des plaintes à cet égard.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Que se soit un manque de respect envers les victimes tant au Fédéral qu'au Provincial, le PLQ a enfermé à double tours les dossiers des Canadiens et des Québécois de façon à les rendre inaccessibles. Un exemple au Québec, la RAMQ est complètement fermée aux dossiers de ses clients qui pourtant paient le gros prix afin d'en bénéficier. Pour en avoir accès...oublier ça. On dirait la Banque Mondiale de données secrètes....très secrète. Alors, imaginez les victimes Canadiennes dans quelle position elle se retrouvent? Les systèmes ont été conçus à la fois, d'être chargés de protéger les citoyens et de les placer en danger....pourtant, on se dit un pays ouvert aux dialogues et aux consensus. Deux poids...deux mesures.