Un homme devenu femme a agressé sexuellement sa propre fille

Un homme devenu femme a agressé sexuellement sa propre fille

jeu, 01/11/2018 – 08:05
Posté dans :
1 commentaire

Alors qu'elle n'était âgée que de trois ans, sa fillette lui a fait une dizaine de fellations pendant l'été 2013.

Voici la ou les sources de cet article : Le Journal de MontréalVoici la source de la photo : CC0

Un individu trans vient d'être reconnu coupable d'avoir agressé sexuellement sa petite fille à l'époque où celle-ci était âgée de trois ans. Alors que l'accusée était encore un homme, il avait forcé son enfant à lui faire une dizaine de fellations lors de l'été 2013. À la suite de quoi le père de la fillette aurait subi une intervention chirurgicale afin de devenir une femme.

Des propos inquiétants qui ont fait réagir la mère de la victime

La victime avait déclaré à sa mère, trois ans après les événements, qu'elle aimait « sucer des pénis ». En réaction au propos de sa petite fille, la mère avait immédiatement porté plainte aux autorités, ce qui avait mené l'accusée à avouer son crime.

Des conditions sévères

Le nom de l'individu, lequel est volontairement omis pour protéger l'identité de la victime, sera inscrit au registre des délinquants sexuels pendant 20 ans. De même, cette personne sera soumise à une probation de trois ans où elle pourrait être suivie par des thérapeutes. Enfin, celle-ci ne pourra pas avoir de contact avec son enfant durant cette période.

Une circonstance aggravante

La défense réclamait une peine de 60 jours purgée de manière discontinue, alors que le procureur de la Couronne chargé du dossier demandait une peine de deux ans moins un jour. Le juge saisi de l'affaire a finalement condamné l'accusé à une peine de 18 mois, car il a considéré que « le fait d'impliquer la bouche d'une enfant de trois ans est une circonstance aggravante ».

L'avocat de l'accusée a vainement tenté de faire valoir que sa cliente avait posé ses gestes « en raison de sa problématique sexuelle ». Le tribunal a toutefois rejeté cet argument et plutôt décidé de punir sévèrement l'accusée, bien que celle-ci éprouverait maintenant des « remords sincères » face aux actions commises à l'endroit de son propre enfant.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires