Un ancien présumé membre d'Al-Qaida poursuit Ottawa pour 38 M$

Un ancien présumé membre d'Al-Qaida poursuit Ottawa pour 38 M$

lun, 07/01/2019 – 10:00
Posté dans :
1 commentaire

Le gouvernement a délivré 3 certificats de sécurité à Mahmoud Jaballah, mais la Cour fédérale les a tous rejetés.

Voici la ou les sources de cet article : The National PostVoici la source de la photo : CC0

Un ex-terroriste pourrait rejoindre le club sélect des millionnaires grâce à la magnanimité de la justice. Mahmoud Jaballah, à qui le fédéral a délivré trois certificats de sécurité depuis qu'il est au Canada, poursuit ce dernier pour 34 millions de dollars, auxquels s'ajoutent 3,4 millions en dommages-intérêts majorés.

Muni de faux passeports saoudiens, Jaballah est arrivé au Canada avec sa famille en mai 1996. La fratrie a revendiqué le statut de réfugié, évoquant le risque de persécution de la part des autorités égyptiennes qui accusaient le paternel d'être lié à des terroristes d'Al-Qaida.

Arrêté pour la première fois en 1999 en vertu d'un certificat le désignant comme un risque pour la sécurité du Canada, Mahmoud Jaballah s'est battu en justice jusqu'en juin 2016 lorsque la Cour fédérale a jugé que la preuve retenue contre lui n'était pas assez solide, donc que les trois certificats qui lui avaient été imposés étaient invalides.

On se bouscule pour réclamer son dû

Ils sont nombreux les islamistes à vouloir siphonner l'argent du fédéral. Le premier nom qui vient à l'esprit est évidemment Omar Khadr, qui a reçu 10,5 millions du gouvernement Trudeau à titre de compensation pour avoir été interné à la prison américaine de Guantanamo. Ottawa a aussi versé 31 millions en compensation à Abdullah Almalki, Muayyed Nureddin et Ahmad Abou el-Maati, qui disaient avoir été torturés en Syrie sur la foi d'informations transmises par le Canada.

D'autres personnages aux relations douteuses ont aussi signifié leur intention de ramasser le pactole.

Djamel Ameziane, un Algérien qui a habité Montréal pendant cinq ans, a déposé une poursuite de 50 millions l'an dernier contre Ottawa pour les abus qu'il dit avoir subis pendant son incarcération à la prison de Guantanamo. L'affaire n'a pas encore été réglée. Ameziane serait un ancien combattant d'Al-Qaida et du Groupe islamique armé d'Algérie, associé à Al-Qaida. En Afghanistan, il se serait lié à des talibans et aurait obtenu une courte formation dans le camp Al-Farouq, géré par Al-Qaida, vers la fin de l'année 2000.

Un autre, Abousfian Abdelrazik, poursuit le fédéral pour 27 millions de dollars parce qu'il aurait été maintenu de force au Soudan, là où, en prison, il aurait été torturé. Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) avait intercepté une conversation téléphonique entre Abdelrazik et l'intégriste Adil Charkaoui à l'été 2000, laquelle conversation portait sur un attentat contre un avion de ligne en plein vol entre Montréal et la France.

En octobre 2001, en fouillant la voiture d'Abdelrazik, des agents du SCRS avaient découvert des traces de RDX, un composé habituellement utilisé en mélange avec des explosifs. Abdelrazik était lui-même proche d'Abou Zoubaydah, un ex-agent d'Al-Qaida, et une bonne connaissance du djihadiste Abdellah Ouzghar.

Enfin, Haashim Atangana Kamena et Gamal Mohamed cherchent à obtenir une compensation de six millions auprès d'Ottawa, les trois hommes accusant le SCRS d'avoir partagé des informations à leur sujet aux autorités américaines, ce qui eut pour résultat qu'ils ont été placés sur la liste d'interdiction de vol.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent