ONU : la danse des escrocs

ONU : la danse des escrocs

mar, 26/02/2019 – 20:45
Posté dans :
5 commentaires

C'est la 40e session du Conseil des droits de l'homme, où les dignitaires se livrent à une débauche de paraboles mensongères.

Voici la ou les sources de cet article : UN Watch, ONU et Le ParisienVoici la source de la photo : CC0

L'Organisation des Nations unies a ouvert, lundi, la 40e session de son Conseil des droits de l'homme. Ce fut l'occasion pour le secrétaire général Antonio Guterrez de déclarer la guerre à ce qu'il qualifie de « discours de haine » à l'endroit des migrants et réfugiés.

Mais ce fut aussi le moment pour certains représentants de se lancer des bouquets de fleurs en maniant la métaphore comme un cuisinier manie le couteau. À les entendre, leurs pays sont des chefs de file en matière des droits de la personne.

Parmi ces États « narcissiques », on retrouve le Yémen, dont le gouvernement, selon le premier ministre Maeen Abdul Maleek Saeed, « attache une importance particulière aux droits de l'homme ». Ce n'est pourtant pas l'avis du Forum économique mondial qui a classé ce pays au 149e rang de son indice mondial l'an dernier ; 149e rang sur... 149 pays répertoriés.

Puis il y a ce ministre des Affaires étrangères de la Turquie, Mevlüt Çavuşoğlu, pour qui « aucune des démocraties avancées présentes au sein de ce conseil n'aurait pu garantir mieux que la Turquie le plein respect des droits de l'homme ». On voudrait bien le croire, mais il n'y a pas si longtemps, l'ONU elle-même, dans un « rapport au vitriol », condamnait la Turquie pour ses violations des droits de la personne, rapportait Le Parisien l'an dernier.

Poursuivons avec la danse des escrocs. Le cheikh Mohammed bin Abdulrahman bin Jassim Al Thani, vice-premier ministre du Qatar, a louangé le Conseil et a déclaré : « Nous nous félicitons des efforts conjoints déployés par ce conseil dans la protection des droits de l'homme. Le Qatar estime que c'est l'outil le plus efficace pour protéger [c]es droits ».

C'est par contre le même Qatar qui est accusé d'exploiter deux millions de travailleurs étrangers et de financer des groupes terroristes, comme l'État islamique et le Hamas. C'est aussi dans ce royaume dirigé par une famille royale et dépourvu de partis politiques que les femmes sont discriminées à outrance, comme dans tous les États islamiques, d'ailleurs.

On aurait pu applaudir chaleureusement la présence de la première femme vice-présidente de l'Iran, Laya Joneydi, si ce n'est que la dame est obligée de porter le tchador sur ordre du président Hassan Rohani. Obligée, donc contrainte de porter le voile : on est loin du compte en matière des droits de la personne.

Le cirque de la 40e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU a débuté lundi et doit se tenir jusqu'au 22 mars prochain.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?