Le Canada vogue-t-il vers des élections générales anticipées ?

Le Canada vogue-t-il vers des élections générales anticipées ?

jeu, 28/02/2019 – 12:30
Posté dans :
4 commentaires

Le gouvernement fédéral pourrait déclencher des élections hâtives ce printemps afin de se sortir du guêpier de SNC-Lavalin.

Voici la ou les sources de cet article : Radio-Canada #1 et #2, Globe and Mail, Maclean's, Angus Reid, Parlement du Canada #1 et #2Chambre des Communes / Voici la source de la photo : Marvin Lynchard, U.S. Department of Defense, Domaine public (Image rognée)

Rien ne va plus chez les libéraux de Justin Trudeau. L'ex-ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, s'est finalement retournée contre son chef et son parti, mercredi, alors qu'elle témoignait devant le Comité permanent de la Justice et des droits de la personne à Ottawa. Et ce, devant les caméras.

Mme Wilson-Raybould aura donc accusé des membres du cabinet du premier ministre, du cabinet du ministre des Finances et du Conseil privé d'avoir exercé des pressions indues et répétées à son endroit pour qu'elle intervienne afin de permettre à SNC-Lavalin de s'en tirer avec un accord de réparation plutôt qu'une poursuite en justice. Pour favoriser l'aura des libéraux au Québec, apprend-on également.

« Nous avons simplement besoin de trouver une solution »

Selon l'ex-ministre de la Justice, les manoeuvres au sein de l'administration Trudeau visant à faire infirmer la décision de la directrice des poursuites pénales, Kathleen Roussel, ont commencé le 6 septembre 2018. Rappelons que Mme Roussel a informé SNC-Lavalin, le 4 septembre, qu'elle comptait poursuivre la multinationale devant les tribunaux.

Le chef de cabinet du ministre des Finances Bill Morneau, Ben Chin, avait alors écrit à la cheffe de cabinet de Mme Wilson-Raybould, Jessica Prince, une lettre dans laquelle il s'inquiétait de la possibilité que SNC-Lavalin quitte la ville de Montréal en cas de procès. Ce à quoi il avait ajouté que le Québec était en campagne électorale. L'administration Trudeau s'inquiétait-elle que la « marque » libérale y pâlisse ?

Quoi qu'il en soit, M. Chin a exercé des pressions sur un autre membre du cabinet de l'ex-ministre de la Justice cinq jours plus tard, soit le 11 septembre. Le 16 septembre, deux membres du cabinet du premier ministre ont approché Mme Prince dans le même dessein.

C'est le lendemain que Mme Wilson-Raybould a eu un entretien avec le premier ministre, lequel était accompagné du greffier du Conseil privé, Michael Wernick. Les mêmes arguments lui ont été présentés : pertes d'emplois possibles, déménagement de l'entreprise et le contexte électoral au Québec. « Nous avons simplement besoin de trouver une solution », a confié M. Trudeau à son ex-ministre de la Justice suivant les contre-arguments de celle-ci. « Et je suis un député au Québec », a-t-il aussi souligné M. Trudeau lors de la rencontre.

Rien ne va plus chez les libéraux

Les jeux sont-ils faits pour autant pour l'administration Trudeau ? Les conservateurs ont eu tôt fait de demander la démission du premier ministre, arguant qu'il ne disposait plus de l'autorité morale pour gouverner à la suite de ce scandale. Mais le chef du Parti libéral n'a pas bronché, persistant à se déclarer innocent tout en cherchant encore à gagner du temps.

Or, son temps est peut-être compté : l'opposition à Ottawa peut bien demander un vote de confiance relativement à la conduite du premier ministre dans toute cette affaire. Le Parti libéral détient toutefois la majorité en Chambre.

Quant au premier ministre, il a le choix de traîner ce boulet jusqu'à l'automne ou de déclencher des élections hâtives ce printemps. Un coup de dés risqué, tandis qu'un récent sondage place les libéraux à égalité avec les conservateurs au Québec.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?