Catalogne : le Bloc québécois interpelle les libéraux

Catalogne : le Bloc québécois interpelle les libéraux

mar, 31/10/2017 – 07:30
Posté dans :
0 commentaire

Le Bloc québécois veut que le gouvernement du Canada reconnaisse le nouveau pays et qu'il condamne l'Espagne pour ses abus.

Source : Nos communesPhoto : Pau Barrena, AFP

Lundi, à la Chambre des communes, le député bloquiste Xavier Barsalou-Duval a interpellé les libéraux en soulignant que le gouvernement catalan avait déclaré son indépendance à l'aide d'un processus démocratique et pacifique où le « oui » l'avait emporté à 90 %. Puis, il a lancé : « Le Canada a reconnu plusieurs pays maintenant membres de l'ONU : la République tchèque, l'Ukraine, le Soudan du Sud et même le Kosovo. Pourtant, c'est deux poids deux mesures pour ce gouvernement. Pourquoi le Canada s'obstine-t-il à ne pas reconnaître le nouvel État catalan ? »

Le secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères, Matt DeCourcey, a répondu : « La situation en Catalogne demeure une situation interne pour l'Espagne. Le dialogue entre l'Espagne et la Catalogne à l'intérieur de la Constitution espagnole demeure la marche à suivre. Nous demandons aux deux partis de résoudre la situation pacifiquement. » Il a conclu : « Le Canada reconnaît une Espagne unie. »

Insatisfait, le député bloquiste Mario Beaulieu a lâché que c'était « une honte de voir le gouvernement canadien perdre tout sens démocratique quand il s'agit du droit à l'autodétermination des peuples. » Il a enchaîné : « [L]'Espagne a mis à prix la tête de tous les membres indépendantistes du gouvernement catalan, légitimement élus, en les accusant de sédition et de rébellion. C'est 100 000 $ par tête pour un grand total de 6,9 millions de dollars. » Il a demandé : « Le Canada va-t-il condamner l'Espagne pour ses actes de répression et ses attaques illégales en vertu du droit international ? »

M. DeCourcey a répété les mêmes propos.

Rappelons que le 27 octobre, le gouvernement catalan a déclaré l'indépendance de la Catalogne. Les grandes puissances ont refusé de la reconnaître et l'Espagne a mis le nouveau pays sous tutelle. Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, se trouve actuellement en Belgique, où il doit bientôt prendre la parole.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.