Pourquoi les gens de l'Ouest canadien nous détestent-ils autant ?

Pourquoi les gens de l'Ouest canadien nous détestent-ils autant ?

mar, 10/31/2017 – 17:00
Posté dans :
0 commentaire

Un récent dossier publié dans Le Journal de Montréal montrait le retour du Quebec bashing à l'Ouest. Voyons pourquoi.

Sources : Le Journal de Montréal #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8 et Le Peuple / Photo : The Toronto Star

En Alberta, au Manitoba et en Saskatchewan, on ne porte pas le Québec en odeur de sainteté. Le Journal de Montréal a consacré un dossier sur la question, et les réponses des gens de l'Ouest sont sans équivoque : on nous déteste, point à la ligne. Pourquoi ?

Chômage – D'abord, remettons les choses dans leur contexte : l'Alberta connaît une forte récession en raison de la baisse du prix du pétrole. Autrefois le meilleur élève du Canada en matière d'économie, l'Alberta fait aujourd'hui face à un taux de chômage (6,9 %) supérieur à celui du Québec (5,4 %). Du jamais vu.

Énergie Est – Le refus des politiciens du Québec d'endosser le projet de pipeline d'Énergie Est a été la goutte qui a fait débordé le vase. Les Albertains se sont sentis trahis par les Québécois. On évoque même l'hypocrisie des gestionnaires de Montréal qui ont déversé des millions de litres d’eau d’égout dans le fleuve Saint-Laurent. D'autres reprochent aux Québécois de préférer le pétrole de l'Arabie saoudite au leur.

La péréquation – Le Québec est le plus gros « consommateur » de péréquation au Canada. La province devrait obtenir 11 milliards lors de la prochaine distribution, milliards qui proviennent entre autres de l'Alberta. Cette province aurait contribué à hauteur de 28 milliards à la péréquation depuis 2008-2009.

Le gouvernement libéral – Les provinces de l'Ouest ont toujours pensé que les gouvernements libéraux à Ottawa chouchoutaient les provinces du centre, en particulier le Québec. Les milliards accordés à Bombardier au fil du temps ont semé la grogne en Alberta et en Saskatchewan. Ajoutons à cela qu'à l'Ouest, Justin Trudeau, comme son père, n'a pas bonne presse.

Il reste que le Quebec bashing est une attitude chronique chez certains, en font foi les commentaires sur les réseaux sociaux. Dans certains cas, on rêve du jour où le Québec va se séparer du pays.

À Ottawa, les oppositions fédérales s'inquiètent d'ailleurs de la montée d’un sentiment anti-Québec dans l’Ouest canadien : « C’est sûr que c’est inquiétant et déplorable de voir la montée du Quebec bashing. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il semblerait qu’il prend effectivement une plus grande ampleur. Il y a des politiciens en Alberta qui ont décidé que ça va mal chez eux, et [que] le Québec allait devenir leur bouc émissaire », déplore Alexandre Boulerice, lieutenant du NPD au Québec.

Les conservateurs aussi déplorent ce mouvement de fond : « Ça fait du mal, pour les gens de l’Ouest, de voir le Québec se réjouir de la mort d’Énergie Est, mais la prolifération du Quebec bashing n’a rien de positif et c’est une pratique déplorable. Même à Ottawa, les députés du Québec doivent faire de la sensibilisation auprès de nos vis-à-vis des Prairies », indique Alain Rayes, lieutenant du Parti conservateur au Québec.

Notons que c'est le maire de Montréal Denis Coderre qui remporte la palme du Québécois le plus détesté de l'Ouest canadien.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.