M. Trudeau a parlé d'enfants de 6 ans dans ses excuses aux LGBT+

M. Trudeau a parlé d'enfants de 6 ans dans ses excuses aux LGBT+

jeu, 11/30/2017 – 17:00
Posté dans :
0 commentaire

Le député conservateur Harold Albrecht pense que Justin Trudeau est allé trop loin avec ce genre de propos.

Sources : Nos communes et Le Devoir / Photo : cherylholt, CC0

Mardi dernier, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a livré un long discours à la Chambre des communes pour s'excuser avec « honte, tristesse et profond regret » des gestes commis dans le passé par le gouvernement fédéral auprès des Canadiens s'identifiant comme des LGBT+. Pour l'occasion, plusieurs députés conservateurs se sont absentés et d'autres, bien qu'ils aient été présents, ont fait savoir leur désaccord avec certains propos de M. Trudeau.

Ainsi, à un moment, M. Trudeau a déclaré : « Aux enfants qui écoutent chez eux et qui craignent d’être rejetés à cause de leur orientation sexuelle, de leur identité ou expression de genre, […] chacun d’entre nous mérite d’être aimé et a le droit d’être respecté. Que vous découvriez votre propre vérité à 6 ou à 16 ou à 60 ans, la personne que vous êtes est légitime. »

Des paroles qui ont troublé le député conservateur Harold Albrecht. Il a dit : « Je n’appuie pas toutes les choses qui ont été dites dans ces excuses. C’est allé au-delà de l’excuse. Quand on commence à parler d’enfants de six ans dans ce contexte, je décroche. » La province dans laquelle est née M. Albrecht, l'Ontario, a d'ailleurs adopté une loi en juin selon laquelle les parents peuvent perdre la garde de leurs enfants s'ils ne reconnaissent pas leur identité ou expression de genre (mâle, femelle, transgenre, agenre, queer, etc.) ou s'ils ne reconnaissent pas leur orientation sexuelle.

Même son de cloche chez le député conservateur Ted Falk : « Je crois aux excuses. J’appuie les excuses. J’estime que certaines des déclarations sont allées plus loin que ça ». Il n'a cependant pas voulu en dire davantage sur ce qui l'a dérangé.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.