Mutilation génitale : les conservateurs demandent des comptes

Mutilation génitale : les conservateurs demandent des comptes

mer, 12/06/2017 – 20:00
Posté dans :
0 commentaire

Ils insistent pour qu'Ottawa démontre clairement aux immigrants que la mutilation génitale est interdite au pays.

Source : FacebookPhoto : S Mair, Flickr, CC BY 2.0 (Image rognée et redimensionnée ; arrière-plan modifié)

À l'occasion de la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes, les députés conservateurs Michelle Rempel et Pierre Paul-Hus ont demandé à Justin Trudeau de démontrer clairement aux immigrants que la mutilation génitale est interdite au pays.

Rappelons qu'en juillet, on apprenait que le gouvernement Trudeau préparait une refonte du guide d'étude pour l'examen de citoyenneté canadienne. Or, la Presse canadienne avait obtenu un document de travail de ce nouveau guide d'étude dans lequel le gouvernement avait supprimé le passage sur l'avertissement fait aux immigrants selon lequel la mutilation génitale est interdite au pays.

La députée Rempel n'a jamais lâché le morceau sur ce dossier, demandant au fédéral de revenir sur sa décision. Elle souligne que même les Nations unies ont décrit cette pratique comme une violation flagrante des droits de la personne. Elle a aussi parrainé une pétition pour « que la version finale du nouveau guide de citoyenneté condamne la mutilation génitale féminine. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.