Blindés canadiens : L'affaire est devant la Cour d'appel fédérale

Blindés canadiens : L'affaire est devant la Cour d'appel fédérale

jeu, 12/07/2017 – 09:30
Posté dans :
0 commentaire

Le constitutionnaliste Daniel Turp poursuit son but de faire invalider la vente de blindés canadiens à l'Arabie saoudite.

Sources : Radio-Canada et The Montreal Gazette / Photo : Élisabeth Émond, Wikimedia, CC BY-SA 4.0

L'affaire des véhicules blindés se retrouve maintenant devant la Cour d'appel fédérale. Le constitutionnaliste Daniel Turp tient toujours à faire invalider la vente d'une valeur de 15 milliards de dollars à l'Arabie saoudite de blindés construits à London, en Ontario, par la compagnie américaine General Dynamics.

Pour M. Turp, le Canada n’a pas analysé les risques pour les civils au Yémen avant d’accorder des licences d’exportation pour la vente de véhicules militaires à l’Arabie saoudite. M. Turp avait été débouté en Cour fédérale en janvier dernier, alors que celle-ci avait tranché que le ministre des Affaires étrangères qui avait autorisé cette vente, Stéphane Dion, avait respecté les obligations prévues dans les lois canadiennes.

M. Turp demande maintenant à la Cour d'appel de réévaluer le dossier : « Faire le choix de l'économie et du commerce plutôt que celui de la protection des vies innocentes, c'est non seulement déraisonnable, c'est inhumain », peut-on lire sur la première ligne du mémoire d'appel que M. Turp a remis à la Cour.

Rappelons que Radio-Canada avait obtenu une vidéo en août dernier montrant les forces de sécurité de l'Arabie saoudite, un pays à majorité sunnite, déployer des blindés canadiens dans le cadre d'une opération contre des militants de la minorité chiite (les sunnites et les chiites sont deux communautés musulmanes qui peinent à cohabiter). Cette vidéo faisait suite à une révélation du Globe and Mail selon laquelle l'Arabie saoudite se servait de blindés canadiens pour violer les droits de l'homme contre des militants de la minorité chiite.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.