Résidences pour aînés : le programme d'aide financière mal conçu

Résidences pour aînés : le programme d'aide financière mal conçu

lun, 11/12/2017 – 15:30
Posté dans :
0 commentaire

La CAQ juge que le programme d'aide financière pour l'installation de gicleurs est « trop rigide et mal adapté ».

Sources : La Presse, Le Journal de Montréal et Facebook / Photo : anneileino, CC0

Presque trois ans après l'incendie d'une résidence pour aînés à L'Isle-Verte qui avait fait 32 morts, 902 résidences ne sont toujours pas dotées de gicleurs. À la suite de cet incendie, le gouvernement Couillard avait rendu obligatoires les gicleurs dans les résidences et mis sur pied un programme d'aide financière pour appuyer les propriétaires afin qu'ils se conforment au règlement d'ici le 2 décembre 2020.

Mais pour François Paradis, de la Coalition Avenir Québec (CAQ), ce programme d'aide a été mal conçu. Trop de propriétaires, dit-il, ne peuvent amorcer le début des travaux, car ils n'ont pas encore reçu l'argent : « Notre souhait, c’est que la subvention soit remise lorsqu’il y a des plans et devis signés par un ingénieur reconnu. Lorsqu’on a accepté la soumission d’un entrepreneur certifié, on devrait pouvoir garantir la subvention avant le début des travaux pour faire en sorte que ces gens-là puissent commencer à faire les modifications », propose M. Paradis.

Le programme actuellement en vigueur promet un remboursement aux propriétaires de résidences, mais seulement une fois les travaux entamés. Celui-ci s’échelonne sur une période de cinq ans, à raison de deux versements par année. En entrevue à Radio-Canada, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a dit qu'il n'était pas question de payer pour des travaux qui n'ont pas encore été effectués : « Est-ce que vous mettriez 200 000 dollars sur la table à un entrepreneur avant qu'il ait passé la porte de votre maison ? »

Le budget prévu par le gouvernement en 2015 était de 116 millions sur cinq ans. Or, selon François Paradis, seulement 136 000 ont été allongés jusqu'à présent.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.