Le Canada ne rapporte pas le nom de ses terroristes à l'ONU

Le Canada ne rapporte pas le nom de ses terroristes à l'ONU

mer, 20/12/2017 – 11:06
Posté dans :
0 commentaire

Le gouvernement canadien n'a toujours pas fourni de nom à l'ONU pour sa liste de sanction contre le terrorisme.

Sources : CBC News et l'ONU / Photo : YouTube

Ce devrait a priori être une bonne nouvelle : aucun nom de terroriste canadien ne figure sur la liste de sanctions contre des entités et des individus liés à l'État islamique (EI ou EIIL) et à Al-Qaida. Mais cette absence semble être plutôt le fait d'une omission inquiétante.

La Liste relative aux sanctions contre l'EIIL et Al-Qaida comprend actuellement les noms de 256 personnes et 80 entités. De nombreux pays, dont les États-Unis, la France, le Royaume uni, l'Allemagne, la Russie et la Chine ont inscrit des individus et des entités sur cette liste. Mais pas le Canada. Pourtant, le fédéral a admis qu'au moins 60 Canadiens partis faire le jihad étaient de retour au pays et que 180 autres ne seraient pas encore revenus.

Et des noms de djihadistes qui sont partis en Syrie et en Irak, le Canada en a pourtant dans ses dossiers. Par exemple, Farah Shirdon, de Calgary, a rejoint l'EI en 2014. Il a été déclaré « terroriste international spécialement désigné » par les États-Unis, qui le considèrent comme « un combattant et un recruteur de renom de l'EI » impliqué dans la collecte de fonds. Il est apparu dans une vidéo tournée en Syrie où il a menacé le Canada et brûlé son passeport canadien. Un autre, Tarek Sakr, un ex-étudiant en pharmacologie de Montréal, a également été désigné par les États-Unis comme terroriste international après avoir rejoint la branche syrienne d'Al-Qaida.

Mais le gouvernement canadien insiste : il possède « tous les outils disponibles » pour trouver, détenir et condamner les citoyens qui ont voyagé à l'étranger à des fins terroristes. Ce qui inquiète l'opposition, les conservateurs surtout, c'est que le gouvernement Trudeau ne souhaite aucunement se lancer dans une répression sévère à l'endroit des djihadistes. Il parle plutôt de les réintégrer à la société. Pour le premier ministre, ces derniers pourraient même s'avérer une force pour le pays et pour la communauté.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?