La stratégie constitutionnelle de Québec a passé dans le beurre

La stratégie constitutionnelle de Québec a passé dans le beurre

jeu, 04/01/2018 – 15:00
Posté dans :
0 commentaire

Le Canada anglais ne s'est pas passionné pour la Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes du PLQ.

Source : Le DevoirPhoto : Asclepias, Wikimedia, CC BY-SA 3.0 (Image modifiée ; Tête de Steven Blaney effacée)

Sept mois après avoir mis de l'avant sa Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes, le gouvernement Couillard l'avoue sans ambages, le Canada anglais n'a pas répondu aux appels.

Au cabinet du ministre responsable des Relations canadiennes, on reconnaît l'indifférence du Canada anglais, mais on ne s'en offusque pas : « La Politique d’affirmation du Québec est une démarche de longue haleine », a-t-on expliqué mercredi. « La couverture médiatique est un indicateur de pénétration du message, mais il est loin d’être le seul. »

Selon des documents du ministère du Conseil exécutif, en date du 27 novembre 2017, les dirigeants de sept des 13 provinces et territoires du pays n’avaient toujours pas réagi à l’initiative de Québec. Sur le plan médiatique, la couverture n'a pas reflété les attentes du gouvernement Couillard. Seul le milieu universitaire, semble-t-il, s'est dit ouvert au projet.

Rappelons qu'en juin 2017, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, avait présenté son projet pour que le Québec signe la constitution et redevienne membre de la fédération canadienne. Aussitôt, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, avait déclaré que ce n'était pas dans la priorité des Canadiens et des Québécois.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.