Un des responsables de la mondialisation est mort

Un des responsables de la mondialisation est mort

lun, 01/08/2018 – 20:30
Posté dans :
1 commentaire

Peter Sutherland, décédé le 7 janvier, avait entre autres demandé aux États de l'UE de sacrifier leur souveraineté nationale.

Sources : ONU #1#2, La Déclaration de New YorkReuters et La Maison-Blanche / Photo : World Economic Forum, Flickr, CC BY-NC-SA 2.0

L'Organisation des Nations Unies (ONU) a rendu hommage à son Représentant spécial pour les migrations internationales, Peter Sutherland, décédé dimanche. Pur produit de l'école libérale, Sutherland avait une feuille de route impressionnante. Premier dirigeant de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), il a été aux commandes de l'institution financière Goldman Sachs pendant 20 ans et a été commissaire à l'Union européenne (UE).

« Ses efforts ont été déterminants pour la création du Forum mondial sur la migration et le développement, pour assurer la représentation des migrants et des réfugiés dans les objectifs de développement durable, la convocation du tout premier Sommet des Nations Unies sur les migrants et les réfugiés en septembre 2016, et l’inclusion de l’Organisation internationale pour les migrations dans la famille des Nations Unies », a déclaré le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

Sutherland était notamment connu pour ses opinions tranchées sur la souveraineté des nations. Il avait dit espérer que la crise des migrants qu'avait connue l'Europe en 2015 et 2016 prouve « que la souveraineté des nations est une illusion, un vieux préjugé qui doit être abandonné ». Fidèle porte-étendard de la Déclaration de New York pour les migrants et les réfugiés, il avait affirmé que les États-Unis et l'Europe « n’avaient pas seulement un devoir moral, mais également une obligation légale de protéger les réfugiés ».  

Sutherland avait été plus loin dans ses déclarations sur la souveraineté nationale : les pays occidentaux devaient s'activer à accueillir les migrants sans quotas précis, avait-il précisé. Pour lui, les pays n'auraient aucun droit souverain leur permettant de bloquer l'accès aux migrants : « [Les pays doivent] reconnaître que [...] la souveraineté est une illusion absolue qui doit être abandonnée », avait-il déclaré lors d'une entrevue. « Le temps où les pays se cachaient derrière des frontières et des clôtures est révolu. »

La Déclaration de New York

La Déclaration de New York a été adoptée lors du Sommet des Nations Unies pour les réfugiés et les migrants qui s’est tenu en septembre 2016, et au cours duquel les 193 États membres ont convenu à l’unanimité qu’il fallait deux pactes mondiaux : l’un sur les réfugiés et l’autre sur les migrants.

Or, toute la politique de l'ONU sur les migrations, telle que décrite dans la Déclaration de New York, adhère à une logique qui promeut une sorte de fédéralisme mondial, projetant l'État-nation loin en arrière. Dans cette déclaration, l'ONU interdit « toute discrimination fondée sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l’opinion politique ou toute autre opinion, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance ou toute autre situation » à l'endroit des migrants. En outre, pour l'ONU, les migrants illégaux devraient tous être traités comme des migrants « légaux ».

En décembre dernier, les États-Unis se sont retirés d'un éventuel pacte mondial sur les migrations, car ils jugeaient que celui-ci pourrait nuire à leur « droit souverain » à « faire respecter leurs lois sur l'immigration » et à « sécuriser leurs frontières ».

Commentaires

M. Sutherland a foutu la planète dans un méchant bourbier en faisant croire à l'ONU que le temps était révolu en ce qui concerne les frontières, que la souveraineté d'une nation est une illusion et que les illégaux devaient être traités comme des légaux, donner la priorité au migrants et ce sans cotât , les mettre à l'abri de toute discrimination. Les Réfugiés , à mon avis, devraient avoir la priorité car ils sont menacés dans leurs pays tandis que les immigrants, eux c'est un choix qu'ils font. Là, je commence à comprendre pourquoi les USA se sont retirés de ce pacte mondial car Trump veut redonner aux Américains leurs droits souverains en sécurisant ses frontières. Je me demande si Sutherland connaîtra une frontière de l'autre côté car il a certainement des comptes à rendre là où il est maintenant. Requiem in Pace

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.