Justin Trudeau évite les questions sur Joshua Boyle

Justin Trudeau évite les questions sur Joshua Boyle

mar, 09/01/2018 – 19:30
Posté dans :
0 commentaire

Toutefois, il a implicitement affirmé que le retour de Joshua Boyle au Canada était un « succès ».

Source : News 95,7 (06:00 à 12:30) / Photo : Twitter

En entrevue à une radio de Halifax, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a refusé de dire s'il regrettait d'avoir eu une rencontre le mois dernier avec l'ex-otage Joshua Boyle, qui fait maintenant face à 15 accusations criminelles : huit pour voie de fait, deux pour agression sexuelle, deux autres pour séquestration, une pour menace de mort, une pour fausse déclaration et une dernière pour avoir forcé quelqu'un à prendre du Trazodone, un antidépresseur qui peut avoir un effet sédatif.

M. Trudeau a usé de contorsions verbales pour répondre à la question de l'animateur. « Nous avons été très, très actifs dans les affaires consulaires », a-t-il expliqué. « Nous avons eu un certain nombre de succès en ramenant à la maison des personnes qui étaient prises dans des situations difficiles ; on les a mises en sécurité, et l'engagement que mon bureau a avec ces cas m'a amené à rencontrer un certain nombre de personnes qui ont été libérées. »

Lorsque l'animateur lui a demandé si la rencontre avec Boyle constituait un manque de jugement de son entourage, le premier ministre a simplement répondu qu'il avait suivi tous les conseils « applicables ». « Nous nous assurons de suivre tous les conseils que nos professionnels de la sécurité et nos agences de renseignement nous donnent et c'est exactement ce que nous avons fait dans ce cas », s'est-il contenté de dire.

Les faits reprochés à Joshua Boyle se seraient produits entre le 14 octobre, soit une journée seulement après son retour au Canada, et le 30 décembre. Or, le bureau du premier ministre a refusé encore de dire si celui-ci et son entourage étaient au courant des accusations portées contre Boyle avant que lui et sa famille ne soient reçus sur la Colline parlementaire.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.