Deux Canadiens en COLÈRE contre Justin Trudeau

Deux Canadiens en COLÈRE contre Justin Trudeau

ven, 12/01/2018 – 13:30
Posté dans :
0 commentaire

Notamment, Justin Trudeau a été critiqué pour sa décision de réintégrer les djihadistes de retour au pays.

Source : YouTube (24:00 à 26:35 ; 40:00 à 42:30 ; 57:50 à 1:00:00) / Photo : Alex Guibord, Flickr, CC BY 2.0

Jeudi, Justin Trudeau a participé à une assemblée publique en Ontario lorsqu'une Canadienne a interrompu une discussion pour exprimer sa colère. Le micro ne lui ayant pas été donné, il a été difficile de comprendre ses propos, mais sa diatribe a duré environ deux minutes. L'un des sujets qui semblaient la troubler profondément était la décision du gouvernement Trudeau de réintégrer les djihadistes de retour au pays plutôt que de les punir.

Ce n'est pas la première personne à réagir fortement à cette décision. En novembre 2017, Justin Trudeau avait été apostrophé dans un centre commercial par une citoyenne en furie qui s'était écriée : « Tu es une menace pour le Canada ! Tu devrais être poursuivi pour trahison ! 60 djihadistes de l'État islamique en liberté pour nous tuer ! T'es un criss de fou ! T'es diabolique ! Tu mérites d'être accusé ! » M. Trudeau lui avait brièvement répondu que les djihadistes étaient revenus au pays durant le mandat de Stephen Harper et non le sien.

Dans ce cas-ci, M. Trudeau n'a cependant pas eu le choix de parler à la citoyenne en longueur. Il a essayé à plusieurs reprises de la calmer, mais elle l'a aussi confronté au sujet de sa motion M-103, adoptée le 23 mars 2017, et qui vise à interdire la critique de l'islam sous le couvert de l'« islamophobie ». Pour l'instant, la motion n'a aucun effet légal et son impact est, en théorie, purement symbolique. Vers la fin de son intervention, la citoyenne a fait un doigt d'honneur à M. Trudeau et a quitté l'assemblée publique.

Plus tard, un homme a interrompu une autre discussion. Comme le micro ne lui avait pas été donné non plus, il fut tout aussi difficile de comprendre ses propos, qui semblaient porter à un moment sur la Cour suprême. Il a fini par se calmer, mais sa colère a repris le dessus par la suite, à un tel point qu'il fut escorté hors des lieux par la police.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.