M. Trudeau refuse de rembourser son « voyage de luxe illégal »

M. Trudeau refuse de rembourser son « voyage de luxe illégal »

mer, 31/01/2018 – 18:30
Posté dans :
0 commentaire

Il a été récemment blâmé pour des vacances de 215 000 $ qu'il avait prises à l'île privée d'un riche prince musulman.

Sources : Nos communes et La PressePhoto : Alex Guibord, Flickr, CC BY 2.0

Mardi, le chef du Parti conservateur (PC), Andrew Scheer, est revenu en chambre sur les vacances de Justin Trudeau chez l'Aga Khan. Rappelons qu'en décembre dernier, la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, Mary Dawson, avait blâmé Justin Trudeau pour des vacances qu'il avait prises à l'île privée de l'Aga Khan – un riche prince musulman – du 26 décembre 2016 au 4 janvier 2017, notamment. Elle ne lui avait toutefois imposé aucune sanction.

À la Chambre des Communes, Andrew Scheer a demandé à Justin Trudeau s'il allait assumer seul les coûts de ce qu'il a qualifié de « voyage de luxe illégal », mais le premier ministre a éludé la question. Les coûts du voyage sont estimés à environ 215 000 dollars. Le 5 janvier dernier, le député conservateur Peter Kent avait présenté une demande au Comité permanent de l’accès à l’information, de la protection des renseignements personnels et de l’éthique afin que le premier ministre soit forcé de répondre à des questions au sujet de ses vacances avec l'Aga Khan. La demande fut bloquée par les collègues libéraux de Justin Trudeau.

Depuis lors, Justin Trudeau a gardé le silence sur ce dossier. Il n'a pas apporté plus d'éclaircissements mardi aux Communes, se contentant de dire que « les voyages des premiers ministres ont toujours entraîné des frais liés à la sécurité, peu importe la destination ou le moment », et qu'il allait désormais suivre « les instructions et les recommandations [que la commissaire Mary Dawson] a formulées dans ce dossier ». Mais jamais il n'a été question de rembourser la facture.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.