Le gouvernement Trudeau blanchit l'Arabie saoudite

Le gouvernement Trudeau blanchit l'Arabie saoudite

ven, 09/02/2018 – 13:00
Posté dans :
0 commentaire

Il dit qu'il n'y a aucune preuve que l'Arabie saoudite a violé les droits de la personne à l'aide de blindés canadiens.

Source : Gouvernement du CanadaPhoto : CC0

Jeudi, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a parlé devant le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international. Elle est revenue, entre autres, sur le sujet de la vente d'armes à l'Arabie saoudite.

Rappelons qu'en juillet 2017, le Globe and Mail avait affirmé que l'Arabie saoudite, un pays à majorité sunnite, se servait de blindés canadiens pour violer les droits de l'homme contre des militants de la minorité chiite. Puis en août 2017, Radio-Canada avait apporté une preuve à l'appui grâce à une vidéo impliquant les forces de sécurité de l'Arabie saoudite. Précisons que les sunnites et les chiites sont deux communautés musulmanes qui peinent à cohabiter.

À la suite de ces révélations, Mme Freeland a expliqué devant le Comité qu'une enquête « rigoureuse » avait été déclenchée par Affaires mondiales Canada. Elle a déclaré qu'aucun élément de preuve ne permettait de conclure que « des véhicules fabriqués au Canada ont été utilisés dans le cadre de graves violations des droits de la personne ».

Néanmoins, Mme Freeland dit avoir appris de cette expérience et elle veut soumettre le Canada « à une norme plus élevée au sujet de l'exportation de marchandises contrôlées. » C'est pourquoi elle a annoncé que le gouvernement souhaitait renforcer le projet de loi C-47, qui doit permettre au Canada d'adhérer au Traité sur le commerce des armes.

En outre, elle a annoncé que le gouvernement appuyait l'inclusion dans la Loi d'une disposition relative au risque substantiel. Selon cette disposition, le gouvernement canadien ne pourrait pas autoriser « l'exportation d'une marchandise contrôlée s'il existait un risque substantiel qu'elle puisse être utilisée pour commettre une atteinte aux droits de la personne. »

L'Arabie saoudite désormais blanchie par le gouvernement Trudeau, Mme Freeland a précisé que le Canada se devait d'être un « partenaire de confiance » et elle a dit que « par principe, le Canada honorera les contrats existants dans la mesure du possible ». Elle a été formelle : « [T]ous doivent continuer d'avoir la certitude que nous n'avons qu'une parole et que nous tenons nos engagements. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.