Valérie Plante va « accommoder » davantage les aînés anglophones

Valérie Plante va « accommoder » davantage les aînés anglophones

sam, 10/02/2018 – 19:10
Posté dans :
4 commentaires

« Les gens devraient être capables de s'exprimer dans la langue avec laquelle ils sont à l'aise », a-t-elle déclaré.

Sources : The Montreal Gazette #1 et #2Photo : André Querry, WikimediaCC BY-SA 2.0 (Image rognée)

La Ville de Montréal travaille à l'élaboration de son « Plan d'action municipal pour les personnes aînées 2018-2020 ». Pour ce faire, elle a signifié son intention de consulter le public, le but étant de faire de Montréal une ville plus accueillante pour les aînés.

Le hic, c'est que deux chercheures de Concordia ont critiqué l'administration Plante pour ne pas avoir suffisamment encouragé la participation des aînés anglophones et des immigrants, dont beaucoup sont plus à l'aise en anglais qu'en français.

Ces chercheures ont déploré que l'information sur le site Internet de la ville et le sondage en ligne auquel les aînés sont invités à participer ne soient rédigés qu'en français. Elles ont aussi déploré que les quatre réunions de consultation sur les aînés ne se tiennent dans aucun quartier où vivent les aînés anglophones.

Interrogée à ce sujet vendredi, Valérie Plante a décidé de leur donner raison et a affirmé que la ville allait « accommoder » les aînés anglophones. « Les gens devraient être capables de s'exprimer dans la langue avec laquelle ils sont à l'aise », a-t-elle déclaré.

Cette annonce survient dans un contexte où Mme Plante emploie souvent le bilinguisme lors de ses sorties publiques, ce qui lui a valu un blâme de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) et du Mouvement Montréal français (MMF). Après le dévoilement du premier budget de l'administration Plante en janvier dernier, le président de la SSJB, Maxime Laporte, et la porte-parole du MMF, Sophie Stanké, avaient tenu à lui rappeler que Montréal est une ville francophone.

« On se croirait au Parlement d'Ottawa, plutôt qu'à l'hôtel de ville de Montréal, métropole du Québec ! », avait dénoncé M. Laporte dans un communiqué. Quant à Mme Stanké, elle avait déclaré : « À la lumière des données témoignant du constant déclin du français, Valérie Plante devrait réaliser qu'il est de sa responsabilité de mairesse de lancer un message clair quant au statut du français à Montréal, principal lieu d'accueil et d'intégration des nouveaux arrivants au Québec ».

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Je n'en reviens pas de voir la mairesse changer son chapeau de bord. Je ne la reconnais pas dans ses actions. Elle nous a menti? Coderre était Coderre, aucune surprise. Nous n'avons pas voté pour ce programme. C'est une traîtrise pour ceux et celles qui ont voté pour elle. Son beau rire devient satirique.

« We are in Canada, everybody should speak english ». –gérante du restaurant McDonald's du Marché central, à Montréal, Elle a raison… réveillons-nous !

« La carte du bilinguisme au Canada. Maintenant, dites-moi qui apprend la langue de l'Autre ? » - Gilles Laporte

Dans le Nord de l'Ontario et au NB : le bilinguisme est attribuable à ceux d'origine francophone. On appelle aussi cela l’assimilation ou le génocide culturel ! La brisure entre Ottawa et Gatineau est éloquente !

https://www.facebook.com/#!/photo.php?fbid=719769664725649&set=a.204716…

Marc Saint-Pierre : Un autre bel exemple du délire multiculturalisant des progressistes autoproclamés montréalais de QS-NDP. Bientôt, ce sera le choix de l'anglais comme langue commune montréalaise, le français devenant une langue d'accommodement, comme l'a si bien résumé un « gérant » d'un magasin Adidas récemment.
Valérie vient d’arriver et elle est très occupée avec son programme électoral !!!!

Les priorités de Valérie Plante, dès sa prise du pouvoir :
• UN HOMMAGE A FREDY VILLANUEVA ;
• L'instrumentalisation des autochtones pour contrer l'indépendance du Québec ;
• Annuler le règlement des pit-bulls ;
• Bannir les boissons sucrées ;
• Mettre fin à l'industrie de la calèche;
• Augmentations des taxes à Montréal ;
• Arrêt des quotas des contraventions, mais 12M$ de plus au budget ;
• Interdiction de transiter sur le mont Royal.

Que fait la mairesse ? Rappelle-t-elle, malgré tout, que Montréal est une ville française et qu’il faut résister à son anglicisation ?

Ou décide-t-elle de participer à ce mouvement en l’encourageant et en l’accélérant ?

Pour l’instant, elle tourne le dos au Québec.
https://www.facebook.com/rogerfringant/posts/949599805194295