Daniel Turp veut forcer Ottawa à prouver ses dires

Daniel Turp veut forcer Ottawa à prouver ses dires

lun, 12/02/2018 – 14:40
Posté dans :
0 commentaire

Ottawa prétend que l'Arabie saoudite n'a pas violé les droits de la personne à l'aide de blindés canadiens.

Source : Radio-CanadaPhoto : Élisabeth Émond, Wikimedia, CC BY-SA 4.0

Le professeur de droit et ex-député Daniel Turp demande à Ottawa de dévoiler son rapport d'enquête sur l'utilisation des blindés canadiens par l'Arabie saoudite. C'est que jeudi dernier, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avait expliqué qu'une enquête « rigoureuse » menée par Affaires mondiales Canada avait révélé qu'aucun élément de preuve ne permettait de conclure que « des véhicules fabriqués au Canada ont été utilisés dans le cadre de graves violations des droits de la personne ».

Rappelons qu'en juillet 2017, le Globe and Mail avait affirmé que l'Arabie saoudite, un pays à majorité sunnite, se servait de blindés canadiens pour violer les droits de l'homme contre des militants de la minorité chiite. Puis en août 2017, Radio-Canada avait apporté une preuve à l'appui grâce à une vidéo impliquant les forces de sécurité de l'Arabie saoudite.

M. Turp refuse de croire Mme Freeland sur parole et exige de voir le rapport d'enquête. Il a demandé à ses avocats de déposer une requête en ce sens. « [...] [O]n veut démontrer qu'il y a des risques que l'équipement militaire qui sera vendu à l'Arabie saoudite sera utilisé pour violer des droits », a-t-il déclaré.

M. Turp s'est par ailleurs montré sceptique quant aux intentions du gouvernement de renforcer le projet de loi C-47, lequel doit permettre au Canada d'adhérer au Traité sur le commerce des armes. Ce renforcement passerait par l'inclusion dans la Loi d'une disposition relative au risque substantiel. Selon cette disposition, le gouvernement canadien ne pourrait pas autoriser « l'exportation d'une marchandise contrôlée s'il existait un risque substantiel qu'elle puisse être utilisée pour commettre une atteinte aux droits de la personne. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.